Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pour les brebis, le bois aussi confortable que la paille

Entre paille et plaquettes, les brebis affichent les mêmes performances et le même comportement. Et quand elles ont le choix entre les deux types de litière, elles restent partagées.

Quand on laisse le choix à un lot de brebis entre une litière fraîchement paillée et une couche de plaquettes de bois, elles n’affichent pas de franche préférence que la litière soit parfaitement propre ou pas (graphique 1). 

 

Entre paille et bois, pas d’avis tranché ! © Ciirpo 2019

 

Le reste du temps, elles mangent et elles ruminent. Par ailleurs, les boiteries n’y sont pas plus fréquentes. La démarche des 478 brebis de différentes races qui ont servi de support dans cette étude a été notée en début et en fin d’essai. Et il n’y a pas de différence de proportions de brebis boiteuses entre paille et plaquettes de bois. Par ailleurs, aucun morceau de bois, susceptible de provoquer une blessure, n’a été retrouvé entre les onglons. Le constat est le même lorsque la litière est constituée d’un millefeuille, c’est-à-dire de couches successives de plaquettes de bois et de paille.

 

Un mode d’emploi bien précis

Par ailleurs, les flancs des brebis restent tout aussi propres et la laine est parfaitement sèche. Avec des plaquettes de 3 à 5 cm, aucun problème sanitaire n’a été enregistré. La litière est également moins chaude, de 3 °C en moyenne. Selon les saisons, sa température oscille entre 15 et 23 °C contre 17 à 29 °C pour le fumier pailleux.

Tous les indicateurs de bien-être étant au vert, les plaquettes de bois n’affectent pas les performances. Ainsi, l’évolution de l’état corporel des brebis reste équivalente à celui de la paille quel que soit leur stade : vide, gestante ou en lactation. Mais ces résultats restent soumis à la condition d’étaler des plaquettes parfaitement sèches, c’est-à-dire dont le taux de matière sèche est supérieur à 80 %. Dans le cas contraire, leur pouvoir absorbant est très limité et des problèmes sanitaires sont à craindre (des mammites par exemple).

Seule la période d’agnelage n’a pas fait l’objet d’étude. Toutefois, certains utilisateurs de plaquettes préfèrent la paille au cours de cette période afin de ne pas détériorer le lien mère/nouveau-né, les plaquettes pouvant coller sur l’agneau encore humide.

Avis d’expert : Alice Chazal, Eplefpa de Saint-Flour (Cantal)

« S’étalonner l’œil pour ne pas replaquetter trop souvent »

« Remplacer la paille de litière par des plaquettes de bois nécessite de s’étalonner l’œil. On est en effet tenter de rajouter du bois alors que la litière est suffisamment sèche pour le bien-être des animaux. Le visuel est trompeur ! ».

Avis d’expert : Joël Ballet, Inra (Puy-de-Dôme)

« Garder la paille pour l’agnelage »

« La seule restriction que je ferais en matière d’utilisation des plaquettes de bois en litière est la période d’agnelage. J’ai observé que les brebis léchaient moins bien leurs agneaux. Je pense qu’il vaut mieux ajouter de la paille par-dessus les plaquettes pendant cette période pour éventuellement remettre du bois par-dessus une fois les mises bas terminées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre