Aller au contenu principal

Pour les brebis, le bois aussi confortable que la paille

Entre paille et plaquettes, les brebis affichent les mêmes performances et le même comportement. Et quand elles ont le choix entre les deux types de litière, elles restent partagées.

Quand on laisse le choix à un lot de brebis entre une litière fraîchement paillée et une couche de plaquettes de bois, elles n’affichent pas de franche préférence que la litière soit parfaitement propre ou pas (graphique 1). 

 

Entre paille et bois, pas d’avis tranché ! © Ciirpo 2019

 

Le reste du temps, elles mangent et elles ruminent. Par ailleurs, les boiteries n’y sont pas plus fréquentes. La démarche des 478 brebis de différentes races qui ont servi de support dans cette étude a été notée en début et en fin d’essai. Et il n’y a pas de différence de proportions de brebis boiteuses entre paille et plaquettes de bois. Par ailleurs, aucun morceau de bois, susceptible de provoquer une blessure, n’a été retrouvé entre les onglons. Le constat est le même lorsque la litière est constituée d’un millefeuille, c’est-à-dire de couches successives de plaquettes de bois et de paille.

 

Un mode d’emploi bien précis

Par ailleurs, les flancs des brebis restent tout aussi propres et la laine est parfaitement sèche. Avec des plaquettes de 3 à 5 cm, aucun problème sanitaire n’a été enregistré. La litière est également moins chaude, de 3 °C en moyenne. Selon les saisons, sa température oscille entre 15 et 23 °C contre 17 à 29 °C pour le fumier pailleux.

Tous les indicateurs de bien-être étant au vert, les plaquettes de bois n’affectent pas les performances. Ainsi, l’évolution de l’état corporel des brebis reste équivalente à celui de la paille quel que soit leur stade : vide, gestante ou en lactation. Mais ces résultats restent soumis à la condition d’étaler des plaquettes parfaitement sèches, c’est-à-dire dont le taux de matière sèche est supérieur à 80 %. Dans le cas contraire, leur pouvoir absorbant est très limité et des problèmes sanitaires sont à craindre (des mammites par exemple).

Seule la période d’agnelage n’a pas fait l’objet d’étude. Toutefois, certains utilisateurs de plaquettes préfèrent la paille au cours de cette période afin de ne pas détériorer le lien mère/nouveau-né, les plaquettes pouvant coller sur l’agneau encore humide.

Avis d’expert : Alice Chazal, Eplefpa de Saint-Flour (Cantal)

« S’étalonner l’œil pour ne pas replaquetter trop souvent »

« Remplacer la paille de litière par des plaquettes de bois nécessite de s’étalonner l’œil. On est en effet tenter de rajouter du bois alors que la litière est suffisamment sèche pour le bien-être des animaux. Le visuel est trompeur ! ».

Avis d’expert : Joël Ballet, Inra (Puy-de-Dôme)

« Garder la paille pour l’agnelage »

« La seule restriction que je ferais en matière d’utilisation des plaquettes de bois en litière est la période d’agnelage. J’ai observé que les brebis léchaient moins bien leurs agneaux. Je pense qu’il vaut mieux ajouter de la paille par-dessus les plaquettes pendant cette période pour éventuellement remettre du bois par-dessus une fois les mises bas terminées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
Les premières étapes de l'éducation du chiot sont les ordres de base, le bien et le mal; l'apprentissage de son nom...
Éducation de base du chiot et principes d’apprentissage
L’éducation d’un jeune chiot commence dès son arrivée. Elle consiste en l’apprentissage de son nom, de la notion du bien et du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre