Aller au contenu principal

Plan Loup 2024-2029, les arrêtés le mettent en action

Publié le 23 février, le plan d’actions national loup pour la période 2024-2029 est mis en application via des arrêtés cadres qui fixent les nouvelles règles de tir. Le chantier reste ouvert pour les professionnels de l’élevage.

Louvetiers en position de tir.
Les louvetiers peuvent désormais s'équiper de lunettes de visée nocturne et ne sont plus tenus d'éclairer le loup avant de tirer.
© A. Villette

Lors du Salon international de l’agriculture, les élus des départements alpins ont réaffirmé leur soutien aux agriculteurs qui font face à la prédation du loup. Pour appuyer leurs propos, des éleveurs ovins étaient présents pour faire part de leur quotidien et de leurs attentes vis-à-vis des pouvoirs publics, alors que le nouveau plan d’actions national loup a été publié quelques jours avant, le 23 février.

Pour la période 2024-2029, le plan loup prévoit les modalités de protection des troupeaux et de surveillance du loup. « Il est plutôt protectionniste pour les nouveaux fronts de colonisation, nous apprend Claude Font, éleveur de Haute-Loire et en charge du dossier loup à la Fédération nationale ovine (FNO). Il reste beaucoup de travail à faire sur les zones de présence historique du loup. »

Du renfort pour le tir simple

Le plan loup 2024-2029 prévoit un nouvel arrêté-cadre sur les tirs, qui approuve l’utilisation des caméras thermiques pour les éleveurs, retire l’obligation d’éclairage pour les louvetiers en leur permettant d’utiliser la lunette de visée nocturne, et autorise deux – voire trois – tireurs pour les tirs de défense simple. Malgré les mesures déjà en place, « il y a eu plus de 11 000 victimes en 2023, on n’arrive pas à être efficace », tempête l’éleveur, rompu à l’exercice des groupes nationaux loup, qui dessinent les orientations et décisions autour du plan d’actions.

Celui-ci inclut également une instruction technique aux préfets visant à accélérer les procédures de délivrance des autorisations de tirs (maximum 48 heures après attaque) ainsi que le déploiement des louvetiers (sous 48 heures si une autorisation est déjà accordée, 72 heures si une nouvelle autorisation est nécessaire). Les préfets sont également chargés de spécialiser des louvetiers sur les tirs de loups. « Les trois quarts des prélèvements ont été effectués par les louvetiers en 2023, appuie Claude Font. Il est primordial de faciliter leur intervention. »

Indemnités revues à la hausse

Enfin, les barèmes d’indemnisation des dommages causés aux élevages par la prédation par le loup, l’ours et le lynx (pertes directes) sont revalorisés de 33 % pour les ovins. Les pertes indirectes seront désormais prises en compte suivant différents paramètres pour les troupeaux touchés par la prédation.

Concernant le statut des chiens de protection des troupeaux, le Projet de loi d’orientation et d’avenir agricole (PLOA) a ajouté un article spécifique ayant pour but de sécuriser les éleveurs propriétaires de chiens. L’article concerne la nomenclature ICPE. Au-delà de neuf chiens de plus de quatre mois, les détenteurs doivent le déclarer et respecter certaines obligations, ainsi que les troubles sonores (aboiements).

Un statut de chien de protection

« Il y a aussi une révision du statut de chien de protection, auquel on ne peut pas appliquer la divagation, puisqu’il s’agit de son mode de travail, souligne Claude Font. Il faut trouver un statut plus juste, pour que les éleveurs ne soient plus seuls responsables en cas d’incidents avec les randonneurs. » Le représentant syndical s’indigne : « Des communes refusent l’attribution d’alpages car certaines conventions pastorales sont dorénavant conditionnées à l’absence de chiens de protection. »

Selon lui, la problématique majeure actuellement est l’estimation de la population de loups en France. « Tout découle de cette estimation, c’est le socle du plan loup ! » Les éleveurs restent sceptiques sur la méthode mise en œuvre par l’Office français de la biodiversité (OFB), qui repose désormais sur des analyses génétiques de prélèvements faits sur le terrain, combinées aux remontées d’indices du terrain.

Les plus lus

Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Parmi les céréales qui peuvent être distribuées aux brebis, l'avoine est la moins énergétique et n'est pas acidogène.
Quelles céréales intégrer dans la ration des brebis ?
Les céréales sont des concentrés d’énergie qui sont essentiels dans la ration des brebis selon leur stade physiologique. Tour d’…
Légende
"Nous avons choisi le pastoralisme itinérant"
Après avoir été bergers durant cinq ans, Juliette Martorell et François Oriol pratiquent depuis deux ans le pastoralisme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre