Aller au contenu principal

Passer du lait à la viande est peu envisageable

Dans le bassin de Roquefort, se convertir à la viande reste dans la plupart des cas plus défavorable au revenu qu’une baisse du prix du lait.

Dominique Delmas, chambre d’agriculture de l’Aveyron : « Les charges de structure d’un système ovin lait ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine ». © CA 12
Dominique Delmas, chambre d’agriculture de l’Aveyron : « Les charges de structure d’un système ovin lait ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine ».
© CA 12

Avec la réforme de l’interprofession de Roquefort, le prix du lait va baisser fortement pour certains producteurs. Auraient-ils intérêt à basculer du lait vers la viande ? La chambre d’agriculture de l’Aveyron a établi des simulations pour en avoir le cœur net. « Il vaut mieux perdre sur le prix du lait que passer en viande, en conclut Dominique Delmas, conseiller ovin viande. On ne récupère jamais complètement la perte sur le prix du lait. » Il s’est penché sur le cas d’une exploitation réelle qui produit 33 600 litres à 1 074 euros les mille litres. Un prix nettement supérieur à la moyenne du bassin (943 euros en 2015). Elle perd 4 700 euros si le prix baisse à 930 euros - qui correspond peu ou prou au prix auquel seront payés les producteurs de Société des Caves en 2016. Même en remplaçant les 150 brebis laitières par 200 brebis viande, grâce à une meilleure valorisation de prairies éloignées, il faudrait une productivité numérique de 1,7 agneau par brebis pour compenser une partie seulement (2 200 euros) de la perte sur le prix du lait. Avec une productivité inférieure, elle perdrait davantage encore que sur le lait, sachant que la moyenne départementale est de 1,35 agneau par brebis.

Des charges de structure deux fois plus élevées

Une autre simulation sur un cas-type spécialisé causse, avec 393 brebis produisant 85 000 litres de lait, payé au prix moyen du bassin, montre que la reconversion en viande (450 brebis à 1,5 agneau) ferait chuter le revenu de 80 %. « Le nœud du problème tient aux charges de structure, détaille Dominique Delmas. En ovin lait, elles sont deux fois plus élevées qu’en ovin viande (1 500 euros/ha contre 800 euros/ha), du fait de la mécanisation. Elles ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine, même si le travail technique est au top. » Ou alors faudrait-il remettre en cause la mécanisation, ce qui n’a pas été fait dans les simulations. Chaque exploitation restant un cas particulier, « un chiffrage technico-économique est impératif afin de cerner au plus près les conditions de conversion, les aménagements bâtiment nécessaires, le système de production viande et les critères économiques à moyen terme mais aussi à court terme pendant la phase de transition », insiste le conseiller.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre