Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Passer du lait à la viande est peu envisageable

Dans le bassin de Roquefort, se convertir à la viande reste dans la plupart des cas plus défavorable au revenu qu’une baisse du prix du lait.

Dominique Delmas, chambre d’agriculture de l’Aveyron : « Les charges de structure d’un système ovin lait ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine ». © CA 12
Dominique Delmas, chambre d’agriculture de l’Aveyron : « Les charges de structure d’un système ovin lait ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine ».
© CA 12

Avec la réforme de l’interprofession de Roquefort, le prix du lait va baisser fortement pour certains producteurs. Auraient-ils intérêt à basculer du lait vers la viande ? La chambre d’agriculture de l’Aveyron a établi des simulations pour en avoir le cœur net. « Il vaut mieux perdre sur le prix du lait que passer en viande, en conclut Dominique Delmas, conseiller ovin viande. On ne récupère jamais complètement la perte sur le prix du lait. » Il s’est penché sur le cas d’une exploitation réelle qui produit 33 600 litres à 1 074 euros les mille litres. Un prix nettement supérieur à la moyenne du bassin (943 euros en 2015). Elle perd 4 700 euros si le prix baisse à 930 euros - qui correspond peu ou prou au prix auquel seront payés les producteurs de Société des Caves en 2016. Même en remplaçant les 150 brebis laitières par 200 brebis viande, grâce à une meilleure valorisation de prairies éloignées, il faudrait une productivité numérique de 1,7 agneau par brebis pour compenser une partie seulement (2 200 euros) de la perte sur le prix du lait. Avec une productivité inférieure, elle perdrait davantage encore que sur le lait, sachant que la moyenne départementale est de 1,35 agneau par brebis.

Des charges de structure deux fois plus élevées

Une autre simulation sur un cas-type spécialisé causse, avec 393 brebis produisant 85 000 litres de lait, payé au prix moyen du bassin, montre que la reconversion en viande (450 brebis à 1,5 agneau) ferait chuter le revenu de 80 %. « Le nœud du problème tient aux charges de structure, détaille Dominique Delmas. En ovin lait, elles sont deux fois plus élevées qu’en ovin viande (1 500 euros/ha contre 800 euros/ha), du fait de la mécanisation. Elles ne sont pas finançables par la rentabilité d’une production de viande ovine, même si le travail technique est au top. » Ou alors faudrait-il remettre en cause la mécanisation, ce qui n’a pas été fait dans les simulations. Chaque exploitation restant un cas particulier, « un chiffrage technico-économique est impératif afin de cerner au plus près les conditions de conversion, les aménagements bâtiment nécessaires, le système de production viande et les critères économiques à moyen terme mais aussi à court terme pendant la phase de transition », insiste le conseiller.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre