Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pas si facile de transformer une stabulation en bergerie !

Entre les caillebotis, les marches et les pentes, la transformation d’une ancienne stabulation pour vaches laitières en bergerie est souvent un casse-tête. Conseils d'aménagement.

Lors d’une installation ou d’une nouvelle orientation de l’exploitation, aménager un bâtiment existant peut être intéressant économiquement. S’il s’agit d’une stabulation pour vaches laitières, la nature des sols et les différences de niveaux restent les points clés qui conditionnement fortement les possibilités de réaménagement et en déterminent le coût.

Si la stabulation est composée de caillebotis, il est indispensable de savoir s’ils sont suffisamment résistants pour le passage d’un tracteur et permettre ainsi le curage de futures aires paillées ou l’aménagement d’un couloir de distribution. Si l’éleveur ne s’en souvient plus, la facture donne les indications qui seront utiles au fabricant pour retrouver ces informations. Si les caillebotis sont suffisamment résistants, il est possible de couler une chape de béton de 10 cm. Comptez alors 20 euros le m². Dans le cas contraire, la fosse doit être comblée avec du remblai avec un coût indicatif de 15 euros le m³.

Des marches de différentes hauteurs

Les différences de niveaux sont une autre difficulté de l’aménagement. Les marches posent problème dans une bergerie lorsqu’elles dépassent 20 cm de hauteur. Si elles sont moins hautes, elles peuvent être laissées en l’état. Par contre, s’il s’agit d’une marche de 20 cm rehaussée d’un muret de 20 cm pour retenir le fumier, il faut alors envisager de casser le muret (schémas 1 et 2). Si la hauteur de la marche dépasse 20 cm, prévoir une table d’alimentation ou bien deux niveaux d’aire paillée dans la future bergerie (schémas 3 à 5).

Au niveau des sols, il reste alors à s’accommoder des pentes. Une pente de l’ordre de 1 à 3 % (cas des logettes en général) peut être laissée en état. Si la pente est de l’ordre de 4 à 6 % (ancienne pente paillée), il faut envisager de niveler pour un coût indicatif de 2 euros le m².  Enfin, même si ce n’est pas l’idéal pour des ovins, le sol bétonné est conservé en l’état.

Fermer la dernière face pour les agnelages d’hiver

D’autres postes sont également importants à prendre en compte mais des solutions d’adaptations sont alors plus faciles à trouver. C’est le cas du bardage par exemple. Si le bâtiment n’est bardé que sur trois faces, fermer la face ouverte est indispensable pour le bien-être des animaux et les résultats techniques pour des agnelages d’automne et d’hiver. Préserver des entrées et sorties d’air est alors un préalable pour une bonne ventilation du bâtiment. Si la face à barder est le long d’un couloir de circulation, il faudra prévoir un bardage en planches pour un coût indicatif de 20 euros le m² en auto-construction ou bien de 30 à 40 euros par entreprise. Il est également possible d’installer un filet brise-vent. Compter alors 30 à 35 euros le m² posé. Si la face à barder est le long d’une aire paillée, il est utile de prévoir 1,5 m de parpaings (25 € le m² en auto construction et 55 € le m² par entreprise) et du bardage en planches ajourées (20 € le m² en auto construction ou bien de 30 à 40 € par entreprise).

À étudier avant d’aménager coûte que coûte

Des ouvertures sur les pignons et les longs pans sont souvent à programmer lors d’un aménagement. Si ces derniers sont réalisés en béton banché, sachez que la possibilité de créer des ouvertures est limitée. Enfin, il faut compter 10 € le mètre linéaire s’il faut refaire le circuit d’eau et environ 35 € par abreuvoir (à poussoir et non chauffant).

Malgré les compromis, l’aménagement d’une ancienne stabulation pour vaches laitières n’est pas toujours possible. Il est donc important de calculer le coût total des aménagements tout en se renseignant sur les aides PCAE (variables selon les régions) sachant que le coût d’une bergerie neuve est de l’ordre de 150 € le m².

Plus d’infos dans la fiche technique « une bergerie aménagée dans une ancienne stabulation pour vaches laitières » sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre