Aller au contenu principal

Partout dans le monde, l’élevage ovin lutte contre le changement climatique

En améliorant la productivité des ruminants, en développant une meilleure alimentation animale ou en recyclant davantage les fumiers, les filières animales du monde entier participent à la réduction des gaz à effet de serre.

Alors que la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21) se tenait du 30 novembre au 11 décembre à Paris, l’Office international de la viande rappelait lors d’une conférence de presse les efforts déployés dans le monde par les filières d’élevage pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Sept témoins (Brésil, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Belgique, Angleterre, Canada et France) sont venus témoigner des efforts effectués dans leur pays pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre par l’élevage. « Nous avons besoin d’améliorer notre image et nous en sommes parfaitement conscients », a expliqué Guillaume Roué, président de l’OIV. « Nous sommes tous concurrents mais cela ne nous empêche pas de travailler ensemble autour de la santé, de l’environnement et du bien-être animal », a-t-il expliqué.

Des exemples d’efforts en France, en Australie et en Nouvelle-Zélande

En France, les agriculteurs ont déjà réduit leur empreinte climatique de 14 % depuis 1990. Le secteur de l’élevage s’est aussi engagé en faveur de réduction d’émission de carbone de la filière laitière avec les plans Life Carbon Dairy depuis 2013 et Beef Carbon en 2015. Ces projets impliquent 6 000 éleveurs en France qui vont tester l’outil de diagnostic Cap2er. En diffusant et encourageant les pratiques agricoles, l’objectif est de réduire de 15 à 20 % l’empreinte carbone au cours des dix prochaines années.

En Australie où les bœufs et moutons occupent près de la moitié du territoire, les chercheurs étudient les bactéries digestives des ruminants pour réduire les émissions de méthane dans le cadre du programme « Target 100 ».

En Nouvelle-Zélande, les éleveurs bovins et ovins comptent sur les gains de productivité pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Déjà, leurs émissions ont diminué de 14 % entre 1990 et 2008 selon Beef & Lamb New Zealand, soit une baisse de 3,12 millions de tonnes d’équivalent carbone par an, alors que la production totale de viande et de laine augmentait de 15 %. Ainsi, par rapport à 1990, les fermes ovines néo-zélandaises ont produit légèrement plus de viande d’agneau alors que cheptel de brebis s’est réduit de 43 %. Par le biais du Pastoral Greenhouse Gas Research Consortium, les agronomes néo-zélandais cherchent encore à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des animaux de pâturage en améliorant l’efficience de la conversion alimentaire, la productivité animale et la gestion de l’azote.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Une société coopérative d'intérêt collectif (Scic) associant éleveurs, collectivités et ateliers de découpe sera créée pour gérer l’abattoir de proximité. Pour garantir son autonomie de décision, l’association AALVie a lancé un crowdfunding sur MiiMOSa. © V. Bargain
Bientôt une solution d’abattage à la ferme
Le projet de solution d’abattage à la ferme développé par des éleveurs de Loire-Atlantique pourrait se concrétiser en 2021. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre