Aller au contenu principal

Nouveau bâtiment d’engraissement à Insem’Ovin

La construction du nouveau bâtiment d’Insem’Ovin, inauguré le 16 mars dernier à Verneuil-sur-Vienne (87), est le signe du dynamisme génétique de la zone Ouest.

Ce bâtiment, conçu pour l’engraissement, facilite la circulation des agneaux vers la zone réservée à la pesée.  © A. Cheype
Ce bâtiment, conçu pour l’engraissement, facilite la circulation des agneaux vers la zone réservée à la pesée.
© A. Cheype

En plus de son activité liée à l’insémination, Insem’ovin contribue aux programmes de sélection des races bouchères Mouton Charollais et Mouton vendéens en participant au testage sur descendance des béliers. Après différentes locations de bâtiments pour regrouper les agneaux de testage, Insem’ovin s’est lancé dans la construction de son propre bâtiment d’engraissement, sur le site même du centre d’insémination, à proximité de Limoges. Le 16 mars 2016, une centaine de personnes, représentant des partenaires de la structure, a assisté à l’inauguration officielle du centre flambant neuf d’engraissement des agneaux de testage sur descendance. Avec ce bâtiment de près de 1 100 m², Insem’Ovin confirme son implication dans la génétique ovine.

La croissance des agneaux est au rendez-vous

Depuis 2002, les organismes de sélection Mouton Charollais et Mouton vendéen confient à Insem’Ovin leurs meilleurs béliers de station. Avant de les diffuser largement par insémination, Insem’Ovin et les organisations de producteurs du Centre Ouest produisent des agneaux à des fins de test. Cela permet de faire progresser la génétique des races et de vérifier que la production de ces béliers convient bien aux attentes sur les qualités bouchères de la filière. Dès décembre 2015, plus de 900 agneaux sont entrés dans cette nouvelle structure d’engraissement qui a pour vocation d’accueillir chaque année les descendants des futurs béliers disponibles à l’IA. Ce nouveau bâtiment, voulu fonctionnel et évolutif, permet d’optimiser et rationaliser le temps de travail des salariés, tout en améliorant les performances techniques des agneaux. Les premières croissances à l’engraissement observées dans ce bâtiment témoignent de la bonne ambiance du bâtiment et de sa bonne gestion : plus de 390 g/j de croissance pour les mâles et 300 g/j en moyenne pour les femelles entre l’entrée dans le bâtiment à 70 jours et l’abattage à 40 kg pour les mâles et 34 kg pour les femelles.

Les meilleurs béliers de cette série seront disponibles dès la saison d’IA 2016. Insem’Ovin reste le premier centre français d’inséminations en races bouchères, assurant en 2015 la commercialisation de 72 000 paillettes de semence ovine. Grâce à un réseau de 31 techniciens inséminateurs, Insem’Ovin diffuse la génétique de ses béliers de qualité vers 45 départements. "Ce nouveau bâtiment s’inscrit dans les projets d’avenir pour la filière et globalement pour la génétique, explique Guy-Gérard Merlande, éleveur ovin des Deux-Sèvres et président d’Insem’Ovin. La belle réussite de cette journée d’inauguration témoigne de l’attachement des acteurs de la grande région Ouest à la poursuite des investissements génétiques".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre