Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Julie Lelong et Aurélien Leroy à Valette dans le Cantal
« Nous sommes nos patrons »

Julie, 35 ans, et Aurélien, 32 ans, ont choisi de changer de voie et de devenir acteurs de leur projet.

Julie Lelong et Aurélien Leroy apprécient autant de pouvoir s’organiser comme ils le souhaitent que le bon air des montagnes. © CFPPA de Saint-Flour
Julie Lelong et Aurélien Leroy apprécient autant de pouvoir s’organiser comme ils le souhaitent que le bon air des montagnes.
© CFPPA de Saint-Flour

Après la naissance d‘Ambre, nous avons remis en question notre parcours de vie. Nous avons choisi le Cantal pour notre projet d’éleveurs, en harmonie avec notre rôle de parents. Nous avons cherché un mode de vie simple, proche de la nature, privilégiant la qualité de vie, le jardinage, la randonnée. C’est un plaisir d’organiser son emploi du temps et d’être disponible pour sa famille, d’aller chercher notre fille à l’école ! Nous avons choisi l’élevage ovin et saisi l’opportunité de louer des locaux et des terrains. Des investissements limités ont rendu notre projet rassurant et sécurisant.

La brebis Bizet s’imposait pour sa capacité à valoriser le territoire. Ce sont de bonnes marcheuses, capables de puiser dans leurs réserves et de produire en semi plein-air. Très maternelles, elles facilitent la conduite de notre système. Ces brebis sont aussi réputées pour la qualité gustative de leur viande, très appréciée par Louis XIV qui disait : « de la viande Bizet, sinon rien ! ». Cette race répond bien à notre objectif de vente directe. La Bizet est aussi familière avec l’homme et leur robe originale les rend plus attractives lors des visites à la ferme.

Être salariés ne nous convenait plus !

Après des formations en paysagisme, puis des études d’auxiliaire de puériculture suivies d’une expérience avec les enfants, j’ai souhaité changer de voie. Ma grossesse a été un élément déclencheur. Notre choix de l’élevage ovin a été de travailler avec du vivant et sur un gabarit d’animal adapté au mien ! J’ai fait un CS en production ovin viande. Mon compagnon a commencé par des formations en électrotechnologie, suivies d’une formation en commerce, et d’un diplôme d’ambulancier. Son choix a été de suivre ensuite un BP REA. Nos formations sont complémentaires.

Le Cantal nous a aidés à nous installer par la session d’accueil d’actifs et une résidence d’entrepreneurs. Les collectivités territoriales ont été séduites par notre projet, ce qui a facilité notre implantation. L’OS Bizet nous a accompagné pour constituer notre cheptel et nous a ouvert les portes de la sélection.

Être son propre patron, c’est faire ses propres choix. C’est choisir nos produits transformés à la ferme, notre commercialisation, notre communication, notre développement et notre organisation du travail. À l’avenir, nous souhaitons développer des cosmétiques tels que des savons au lait de brebis, faire de l’accueil de personnes avec des hébergements insolites dans des anciennes cabanes. Nous voulons mettre en place une auberge : une tablée, maximum 10 personnes, sur réservation, une fois par semaine, l’été. Notre choix, c’est d’abord se faire plaisir ! »

La communication au cœur du projet

« Dès la construction de notre projet, il a fallu séduire, exposer, expliquer pour convaincre. Nous avions aussi choisi de faire de la vente directe, aller vers le consommateur. Nous voulions gérer notre produit dans toutes ses étapes, de la production à la vente. La stratégie de communication est ici essentielle et notre expérience dans ce domaine pouvait servir. Pour nous faire connaître et nous faire plaisir, nous avons développé l’accueil de public à la ferme, les marchés, la vente directe, des animations, notre page Facebook La ferme ô nuages. Une exposition de photos accompagnera prochainement la création d’un marché de producteurs et artisans en été. Cette démarche de proximité avec le territoire, les gens, les consommateurs a été un des facteurs clés de la réussite de notre projet. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre