Aller au contenu principal

Moutons et vaches font bon ménage

L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.

Les chercheurs ont voulu adapter la conduite mixte à une exploitation commerciale avec la simplification des lots au pâturage. © L. Geffroy
Les chercheurs ont voulu adapter la conduite mixte à une exploitation commerciale avec la simplification des lots au pâturage.
© L. Geffroy

Depuis bientôt quatre ans, Sophie Prache et son équipe de chercheurs de l’Inra de Clermont-Ferrand s’intéressent à la complémentarité entre ovins et bovins au pâturage. L’unité mixte de recherche sur les herbivores a mis en place le programme Salamix qui a pour objectif global de faciliter la finition à l’herbe des agneaux et veaux avec un minimum d’intrants (concentrés et médicaments). L’expérimentation se décline autour de trois systèmes d’élevage : spécialisé ovin, spécialisé bovin et mixte ovin-bovin. Cette étude est une première dans son genre, comme l’explique Sophie Prache, coordonnatrice du projet : « nous étudions des systèmes d’élevage complets sur au moins cinq ans, avec des mesures sur les paramètres technico-économiques, environnementaux et sur la qualité des produits finis. » La comparaison des premiers résultats entre systèmes spécialisés et système mixte montre que la mixité est particulièrement intéressante pour les ovins. La présence des bovins simultanément sur les mêmes parcelles que les ovins réduit la pression parasitaire par effet de dilution. Chaque espèce a ses parasites spécifiques, bien que certains soient aussi en commun tels que les douves, les ténias et les strongles.

Des agneaux bien finis à l’herbe

La ressource herbagère est également mieux valorisée. « On observe des complémentarités dans les choix alimentaires des deux espèces au pâturage, provoquant une baisse des zones de refus », détaille la zootechnicienne. Au final, les chercheurs ont observé des croissances plus rapides chez les agneaux issus du système mixte. Ils atteignent le poids d’objectif à l’abattage de 17-18 kg près d’un mois plus tôt que leurs congénères issus du système spécialisé. D’autant qu’en système spécialisé, 10 % des agneaux nécessitent une finition en bergerie, alors que les agneaux conduits en mixte sont finis au pâturage. Les chercheurs ont voulu donner aux agneaux toutes les chances de s’adapter au mieux au système herbager. Pour cela, ils sont issus de mères Limousines qui leur confèrent leur caractère rustique et de pères Suffolk pour leur précocité herbagère. Le projet Salamix devrait durer encore deux ans et fournir de plus amples informations pour les éleveurs mixtes ou souhaitant profiter de la complémentarité entre les deux espèces.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre