Aller au contenu principal

A cause du loup, moins de progrès génétique en ovins ?

Les sélectionneurs ovins ont pris la parole lors du Salon international de l’agriculture pour alerter sur la situation des élevages face à la prédation et aux risques cachés qu’elle fait encourir à la production.

De gauche à droite : Olivier Maurin (Pyrénées-Atlantiques), Dominique Pauc (Lozère), Nicolas Perrichon (Var) et Mickaël Tichit (Lozère) lors de la table ronde prédation au Salon international de l'agriculture.
De gauche à droite : Olivier Maurin (Pyrénées-Atlantiques), Dominique Pauc (Lozère), Nicolas Perrichon (Var) et Mickaël Tichit (Lozère) lors de la table ronde prédation au Salon international de l'agriculture.
© B. Morel

L’organisme de sélection des races ovines des Massifs (OS Rom) a organisé à l’occasion du Salon international de l’agriculture une table ronde pour permettre aux éleveurs et élus professionnels de s’exprimer sur la situation. Alors que les loups sont désormais présents sur la majorité du territoire français, la prédation fait des ravages sur les troupes ovines, notamment dans le Massif central, peu préparé à ce nouvel écueil. Les éleveurs-sélectionneurs s’inquiètent de l’évolution de la situation, avec la perte de sens pour le métier, la surcharge mentale et le travail supplémentaire. Ces conséquences directes de l’application des mesures de protection, de la surveillance renforcée et le cas échéant, de la constatation des attaques, sont rehaussées d’une dimension peu abordée jusqu’ici.

Des années de travail qui partent en fumée

« Il faut craindre un ralentissement du progrès génétique, alerte Dominique Pauc, éleveur de Blanches du Massif central en Lozère et président de l’OS ROM. Avec des dommages parfois très importants au sein des troupeaux, ce sont autant de brebis à haute valeur génétique qui sont perdues. Un travail sur plusieurs années qui part en fumée ! »

Mickaël Tichit, éleveur de Blanches du Massif central en Lozère admet se sentir impuissant face à la destruction des savoir-faire des éleveurs, la perte de génétique et l’impact négatif fort sur les performances zootechniques après une attaque.

Des pratiques contre-productives pour protéger le troupeau

Le troupeau de Dominique Pauc troupeau a subi sa première attaque l’an dernier, en mai. « Après cela, je rentrais les brebis tous les soirs à 22 h pour les ressortir à 5 h du matin, afin de leur permettre de bien manger. Ce n’est pas une vie. » Il met en garde sur les pratiques qui doivent être mises en place pour protéger le troupeau du loup mais qui vont à l’encontre de tout bon sens. « En plein été, on se retrouve à devoir garder les brebis en bergerie, c’est horrible d’un point de vue du bien-être animal. » Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine, renchérit : « On ne veut pas que les jeunes installés vivent l’élevage comme au Moyen Âge, avec des pratiques archaïques, des troupeaux peu productifs faute d’accès à l’extérieur, etc. » Nicolas Perrichon, éleveur de brebis Mourerous dans le Var et président du Cerpam, acquiesce : « Depuis le retour du loup, on note une forte déprise agricole, avec de nombreuses zones de pâturage complètement abandonnées faute de pouvoir y protéger convenablement le troupeau. Il y a un changement de pratiques, qui va rarement dans le sens du troupeau et malgré le loup s’adapte, trouve la faille et cause toujours des dégâts ».

Échanger ses expériences entre territoires prédatés

Pour Olivier Maurin, éleveur de basco-béarnaises dans les Pyrénées-Atlantiques, la profession doit se fédérer pour lutter contre ce problème. « Il faut discuter, échanger entre territoires, se nourrir de l’expérience de ceux qui vivent ça depuis des dizaines d’année. Nous n’avons pas l’intention de lâcher, on a un genou à terre mais on continue à relever la tête. »

Les plus lus

Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Parmi les céréales qui peuvent être distribuées aux brebis, l'avoine est la moins énergétique et n'est pas acidogène.
Quelles céréales intégrer dans la ration des brebis ?
Les céréales sont des concentrés d’énergie qui sont essentiels dans la ration des brebis selon leur stade physiologique. Tour d’…
Légende
"Nous avons choisi le pastoralisme itinérant"
Après avoir été bergers durant cinq ans, Juliette Martorell et François Oriol pratiquent depuis deux ans le pastoralisme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre