Aller au contenu principal

Made in Viande : montrer qu’on n’a rien à cacher

Une soixantaine de personnes ont participé le 21 mai à la porte ouverte organisée dans le cadre de Made in Viande au Gaec des deux Gâtines, à Benassay, dans la Vienne.

Une soixantaine de personnes ont répondu à l’invitation de Daniel Gaillard et Christophe Girault qui ont ouvert leurs portes le 21 mai dans le cadre des journées Made in Viande. Des gens de la filière, éleveurs, abatteurs, bouchers, représentants de la grande distribution mais aussi des voisins, des connaissances, des curieux venus pour l’essentiel des villages voisins. « En 2014, j’avais déjà participé à l’opération, explique Daniel Gaillard. Je reçois des écoles. Et je participe à des animations dans les magasins. C’est important de communiquer, de retrouver le lien avec les consommateurs et de les faire venir sur nos élevages. Il se raconte beaucoup de choses fausses sur l’élevage. Mon objectif est de montrer comment vivent mes agneaux, comment ils sont nourris, de montrer qu’ils sont heureux et que nous produisons une viande de qualité. » Au-delà de la communication nationale via le site www.la-viande.fr, les spots radio, les réseaux sociaux, Interbev Poitou-Charentes avait réalisé des flyers par département, enregistré des spots radio sur France Bleu Poitou, distribué des tracts sur les marchés et organisé une journée presse le 5 avril. L’ODG Agneau du Poitou-Charentes avait aussi réalisé des flyers et affiches spécifiques annonçant la porte ouverte du Gaec des 2 Gâtines. « J’en ai distribué dans les commerces du canton, précise Daniel Gaillard. Les magasins Auchan et Leclerc de Poitiers ont également relayé l’information par des affiches. Et je suis passé sur France Bleu Poitou. Nous en avons également parlé à nos voisins et amis, aux collègues de travail de ma femme. »

Explications par l’éleveur et démonstrations en direct

Le 21 mai, les visiteurs ont donc pu découvrir l’élevage du Gaec des deux Gâtines. « C’est intéressant, estiment Yannick et Erica, venus d’un village voisin. Nous n’avions jamais visité un élevage de brebis. » Daniel Gaillard leur a tout expliqué : les races, les naissances dans la bergerie, l’alimentation, l’élevage des agneaux, la traçabilité. « L’exploitation compte 250 ha, 50 vaches allaitantes et 700 brebis, a-t-il expliqué. Les agneaux sont vendus en Agneau du Poitou-Charentes et label rouge Le Diamandin. Les brebis valorisent les prairies, les céréales de l’exploitation et les repousses de colza. Les agneaux sont bouclés à la naissance, élevés en bergerie et engraissés avec les céréales de l’exploitation et un complément azoté. » Les visiteurs ont regardé, écouté et posé des questions. « Des agneaux élevés en bergerie ne sont-ils pas moins musclés que des agneaux élevés à l’extérieur ? » demande une visiteuse. « Des agneaux élevés dehors poussent moins vite et peuvent donc avoir un goût plus prononcé alors que le consommateur demande aujourd’hui une viande qui n’ait pas trop le goût de mouton » explique Daniel Gaillard. D’autres questions ont porté sur la traçabilité, les prix, la valorisation des agneaux. Des démonstrations de tonte et de taille des onglons et une dégustation d’agneau étaient aussi organisées. « Nous n’avons rien à cacher, insiste Daniel Gaillard. Tout doit être transparent. »

840 portes ouvertes dans toute la France

Du 21 au 25 mai, 840 portes ouvertes ont été organisées en France : plus de 200 fermes et exploitations d’élevage, une vingtaine de marchés aux bestiaux et centres d’allotement, 70 abattoirs et entreprises de viande, près de 400 boucheries et triperies artisanales, plus de 100 boucheries en grandes et moyennes surfaces et une trentaine de restaurants… Le week-end a notamment permis aux professionnels d’accueillir des familles, voisins, clients… Du lundi au mercredi, ce sont les visites scolaires qui ont davantage pris le relais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre