Aller au contenu principal

Gestion du troupeau
L´informatique fait une entrée en force dans les élevages

Dans le Rayon de Roquefort, les services techniques proposent tous des outils informatiques performants qui facilitent la gestion du troupeau et encore plus les tâches administratives.


S´il est un domaine où les évolutions ont été fulgurantes, c´est assurément celui de l´informatisation des élevages. L´informatique a connu des débuts laborieux mais, désormais elle est performante et rend de précieux services aux éleveurs qui ont franchi le pas de l´ordinateur à la ferme et même en bergerie. Dans l´Aveyron, les deux services d´appui technique (Unotec, liée à la chambre d´agriculture, et le service élevage de la Confédération de Roquefort) ont d´abord tenté une informatisation en commun de leurs élevages. C´était en 1998. Avec l´appui de l´Inra, ils ont mis au point un carnet de bergerie informatisé (CBI), fonctionnant sur un boîtier de saisie Husky. Mais, sa mise en service suscita des difficultés telles que l´un d´eux en abandonna la partie.
Après cette expérience infructueuse, chaque structure a repris son autonomie. En 2001, Unotec a lancé le logiciel Vénus, développé sous Windows et fonctionnant d´abord sur Husky, puis sur micro-ordinateur PC. Les boîtiers Husky n´étant plus fabriqués, la version de Vénus utilisable en bergerie est proposée, depuis cette année, sur ordinateurs de poche Pocket PC. De son côté, le service élevage de la Confédération de Roquefort a d´abord déployé l´application initiale CBI sur ordinateur de bureau avant de réécrire, en 2001, une nouveau logiciel sous Windows, tandis que CBI était adapté au Pocket PC. Mais, les évolutions de la réglementation et du matériel ont rendu ces outils obsolètes : un nouveau logiciel fonctionnant à la fois sur ordinateur de bureau et sur Pocket PC, et toujours nommé CBI, a été conçu l´an dernier.
Le pocket PC remplace le carnet de bergerie pour la saisie des informations, limitant ainsi les risques d´erreurs et de pertes d´informations. L´ordinateur de bureau permet de saisir également, de consulter les données et d´effectuer les éditions. Etant bien entendu que tous les outils communiquent entre eux afin de ne jamais saisir deux fois la même information. Un des progrès majeurs apporté par l´informatique. L´éleveur peut choisir de souscrire aux deux outils ou à un seul. L´échange s´opère avec les logiciels techniques, notamment celui du contrôle laitier, Sieol.
Les deux logiciels éleveurs, Vénus et CBI, ont des fonctionnalités assez proches destinées à faciliter la gestion du troupeau : inventaire des animaux, événements de reproduction, traitements sanitaires, gestion par lots. Toutes les données saisies ou récupérées ailleurs (contrôle laitier) peuvent être consultées et éditées de façon personnalisée. Mais, au-delà de ce suivi renforcé du troupeau, ce qui pourrait faire les beaux jours de ces outils informatiques, ce sont les éditions de documents administratifs désormais possibles avec les nouvelles versions des logiciels : carnet sanitaire, registre d´identification, bordereau d´enlèvement, document de circulation. « Les obligations réglementaires demandent une rigueur bien plus importante », souligne Céline Friot, responsable technique d´Unotec.
L´informatique répond indéniablement à ce besoin tout en rendant bien plus agréables ces tâches ingrates imposées par la conditionnalité des aides.
©D. R.

Au plus près des besoins des éleveurs
Objectifs communs, fonctionnalités sensiblement équivalentes. Alors, pourquoi avoir développé deux outils informatiques sur le même département ? « Pour mieux répondre aux besoins des éleveurs et faire évoluer au plus vite les logiciels » : la souplesse que revendiquent les uns comme les autres, se révèle en effet comme un des points forts de ces logiciels en perpétuelle amélioration. De plus, ils sont proposés dans le même esprit et en complément des services de contrôle laitier et d´appui technique. « Les utilisateurs sont demandeurs de plus en plus de fonctionnalités, explique Eric Carrara, responsable du service informatique d´Unotec. Tous les ans, ils trouvent de nouvelles éditions à développer. »
Unotec a conçu ses outils en s´appuyant sur un groupe de travail de quinze éleveurs pour bien analyser leurs besoins. « Nous faisons évoluer le logiciel au fur et à mesure des demandes des éleveurs », indique de son côté Claude Vacaresse, chargé du développement informatique à Confédération de Roquefort. D´ailleurs, le service élevage a choisi de mettre le carnet de bergerie informatisé à disposition de ses adhérents sous la forme d´une prestation informatique facturée annuellement. La maintenance est assurée par des techniciens de terrain spécialisés en informatique. Près de 200 éleveurs en sont déjà utilisateurs. Unotec a choisit une approche un peu différente. L´éleveur achète un pack qui comprend le logiciel, la formation et la maintenance pour une année via une assistance téléphonique. Ensuite, une prestation annuelle est facturée pour la maintenance qui intègre bien évidemment les mises à jour du logiciel. Actuellement, près de 150 éleveurs sont équipés. Des chiffres appelés à croître rapidement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre