Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les trente glorieuses de l’Ossau-Iraty

Pour fêter ses 30 ans d’existence, l’Ossau-Iraty a invité les autres fromages d’appellation d’origine. L’occasion de revenir sur les évolutions et le développement de l’appellation depuis trois décennies.

L’histoire de l’appellation de la tomme basque et béarnaise au lait de brebis a tout d’un succès. « 3 200 tonnes d’Ossau-Iraty sont produits chaque année » décrit Jean-Claude Mirassou, le président du syndicat de l’appellation. « C’est 600 tonnes de plus qu’il y a dix ans et deux fois et demi plus qu’en 1990 » s’enthousiasme-t-il. Né en 1980 avec le nom « Ossau-Iraty brebis Pyrénées », le fromage d’appellation a été raccourci en 1999 pour ne garder que le nom de la vallée d’Ossau dans le Béarn et celui de la forêt d’Iraty dans le Pays Basque.

Si en 30 ans, ce pur brebis a su s’imposer sur la plupart des plateaux de fromages festifs, ce n’est pas par hasard. « En 1990, face à une surproduction de lait et une baisse des prix, nous avons pris conscience qu’il fallait nous faire connaître au delà du triangle Bayonne-Bordeaux-Toulouse » explique Francis Poineau, fermier basque en charge de la promotion du fromage. De gros moyens ont alors été mis en œuvre par les pouvoirs publics et la filière. Communication télé et voie d’affichage ont été complétés au niveau local pour toucher les nombreux touristes estivants.

 

80 à 120 jours d’affinage

 

Parallèlement, le cahier des charges a été fortement renforcé en 2007 après sept ans de concertation. « Nous voulions avoir des conditions d’élevage, et notamment d’alimentation, qui collent à la tradition et à l’image que l’on voulait donner » explique Francis Poineau. Les brebis doivent pâturer au moins 240 jours et l’achat d’aliment en dehors de la zone est limité. Les brebis ne doivent pas avoir plus de 800 grammes de concentrés par jour et 150 kilos par an. Pour faire passer la pilule, certains points du nouveau cahier des charges ont été mis en place avec un délai d’application. Ainsi, ce n’est qu’en 2011 que seront interdits les aliments mélangés et que sera limitée l’application d’engrais minéraux sur les prairies.

Le nouveau cahier des charges précise aussi la saisonnalité de la production (de décembre à août) et allonge l’affinage qui passe de 60 à 80 jours pour les petites tommes de 2 à 3 kilos et de 90 à 120 jours pour les grandes tommes de 4 à 5 kilos.

« Aujourd’hui, 120 fromagers fermiers transforment eux-mêmes et 1 400 producteurs livrent leur lait sous appellations à dix laiteries» apprécie le président du syndicat, par ailleurs responsable de l’entreprise Matocq à Asson. Les livreurs bénéficient d’un prix du lait intéressant, de l’ordre de 1050 euros / 1000 litres, soit plus que le lait payé dans le rayon de Roquefort. « Il y a une complémentarité entre les industriels et les fromagers » reconnait Julien Lasalle, producteur fermier béarnais. « Les fermiers amènent l’image, le goût et la typicité et les grosses laiteries apportent les moyens de communiquer et d’infiltrer le marché ».

Mais les industriels pourraient se détourner de l’appellation si l’interdiction du traitement des croûtes devient effective en 2011 comme le demande l’INAO. « Le traitement de surface empêche les moisissures sur les fromages vendus en libre service or le libre service représente 70 % des ventes d’Ossau » décrit le président de l’appellation qui a lancé de vastes recherche pour trouver des alternatives mais pour l’instant sans succès.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre