Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les quads passent partout

Les quads sont apparus sur les exploitations il y a quinze ans. Lors d´hivers très humides, ils permettent d´accéder aux terrains. Équipés au départ de distributeurs d´anti-limaces, ils arrivent sur le terrain de la pulvérisation, de l´épandage d´engrais, du prélèvement de sol.


Lorsque les hivers sont humides, le quad est une solution pour réaliser les interventions sur les céréales. Sa pression au sol (environ 200 g/cm2) est trois fois inférieure à celle d´un pneu basse pression. Il n´y a donc ni marques de tassement, ni destruction de la culture dans les passages de roues. Les quads sont disponibles en deux ou quatre roues motrices. Pour tracter des équipements et travailler en terrain accidenté, les quatre roues motrices s´imposent.
En ce qui concerne la motorisation, 250 cm3 suffisent pour l´épandage d´anti-limaces, 400 voire 500 cm3 sont nécessaires pour tracter un chariot.
Travailler à 25 km/h et jusqu´à 24 mètres de largeur
Sur le terrain, les modèles équipés d´un variateur sont reconnus pour produire l´effort maximal sans patinage, mais ils transmettent la puissance moins efficacement qu´une boîte de vitesse. Les quads sont dépourvus de différentiel, les virages sont donc à aborder avec prudence.
Le premier outil utilisé avec le quad a été le distributeur de granulés anti-limaces, désormais utilisé aussi au semis de petites graines sur les jachères. D´une capacité de quinze à cinquante kilos, il est installé sur le porte-bagages et épand sur des largeurs pouvant aller jusqu´à 24 mètres. La vitesse de travail peut atteindre 25 km/h.

Les deux autres outils principalement utilisés sont l´épandeur d´engrais et le pulvérisateur. Ils sont installés sur un chariot à deux ou quatre roues tracté par le quad, à cause de leur poids. L´entraînement de ces appareils se fait par un moteur auxiliaire, le quad étant dépourvu de prise de force. Les épandeurs d´engrais peuvent atteindre 750 litres avec des rehausses, ce qui permet d´utiliser des sacs de 500 kg. Les pulvérisateurs utilisés disposent souvent d´une rampe en aluminium allant jusqu´à 18 mètres, avec une suspension pendulaire. La contenance de la cuve est limitée à 600 litres. Pour assurer un travail précis, il est conseillé d´utiliser une régulation à débit proportionnel à l´avancement, étant donné que l´évolution du quad dans le champ peut être freinée dans les zones humides.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre