Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Santé
Les parasites de l'été

La sécheresse estivale participe à l’assainissement des prairies. Mais il suffit d’un orage, d’une période de pluie pour que les strongles, les mouches et les douves se réveillent.

En regardant les muqueuses, il est possible de trouver le coupable. Jaune égal douves, blanc égal haemonchus.
En regardant les muqueuses, il est possible de trouver le coupable. Jaune égal douves, blanc égal haemonchus.
© DR

Le cycle d’haemonchus contortus est dépendant de la température et de l’humidité. Plus il fait chaud, plus le cycle est rapide. En conditions favorables, il suffit d’une seule semaine pour que des brebis en parfaite santé en meurent. Les symptômes sont d’abord discrets. Les animaux les plus fragiles sont isolés, restent couchés, suivent difficilement le troupeau. Ils chutent fréquemment et mettent de plus en plus de temps à se lever.

L’HUMIDITÉ GRANDE COMPLICE

Si on regarde les muqueuses (oeil ou gencive), elles sont roses pâles à blanc-porcelaine. Les signes observés sont ceux de l’anémie, haemonchus se nourrissant du sang de l’animal. Le signe de la bouteille (oedème sous le cou) est très fréquent. La diarrhée et la maigreur sont rarement observées car la maladie progresse trop vite. Comme pour tous les strongles, les larves infestantes se trouvent au ras du sol. Un surpâturage augmente l’exposition et donc le risque de maladie.
En été, lorsque l’herbe manque, le risque est énorme: un orage va multiplier le nombre de larves, un pâturage trop ras va les rendre accessibles. Il n’est pas rare de retrouver une brebis morte au pré dans les jours qui suivent des orages, haemonchus en est souvent la cause. La grande douve est l’autre cause de signe de la bouteille, dans les zones où elle sévit. Elle affectionne les endroits humides en plein été (pré de fond, résurgences, sources, ruisseau…). Les brebis cherchant du frais et de l’eau vont s’exposer à ce parasite pour lequel elles ont très peu d’immunité. Les symptômes sont voisins d’haemonchus mais les muqueuses sont jaunes et les animaux maigrissent. Les mouches affectionnent elles aussi les climats chauds et humides. Myiases de la laine et oestres se développent particulièrement en fin de printemps et début d’automne. Il est assez fréquent d’observer une accalmie en juillet-août surtout les années chaudes et sèches. Les myiases sont dues au développement de larves de mouches dans le nez pour les oestres, sur et sous la peau pour lucilia et wolfartia. Les symptômes d’oestrus ovis sont un jetage (mèche de glaire parfois teintée de sang qui pend du nez) et du mouchage. L’évolution est lente, la larve peu pathogène.Mais l’implication réelle ou suspecté de la larve dans d’autres maladies du nez rend sa prévention importante. Les myiases de la laine sont beaucoup plus virulentes. Par temps orageux et humide, une simple tache brun noir est visible sur le dos puis la brebis s’isole, se regarde les flancs, paraît nerveuse. Si les asticots sont dans la patte, la brebis boîte et secoue la patte. Les asticots mangent la peau et les tissus sous cutanés, l’extension peut être très rapide et la mort est fréquente sans intervention rapide de l’éleveur.

TRAITEMENTS INSECTICIDES

Pour prévenir au mieux les parasites estivaux, il est nécessaire de bien connaître les risques liés à son propre pâturage et la période à risque: les problèmes apparaissent-ils pendant l’été uniquement ou le risque débute-t-il au printemps pour finir à l’automne, y a-t-il de la grande douve, des attaques de myiases importantes ? L’utilisation d’un traitement longue action est préférable du fait de l’incertitude du climat (difficulté à prévoir les orages, à éviter un pâturage ras). Lorsque la grande douve et haemonchus sont présents ensemble, le closantel donne de bons résultats avec une protection de 4 à 8 semaines selon le parasite. Lorsque seuls les strongles posent problème, la moxidectine offre entre 4 et 16 semaines de protection selon la présentation. Le closantel et la forme injectable de moxidectine luttent également contre les oestres. Pour un risque de myiase faible, plusieurs traitements insecticides (par exemple la deltamethrine) au moment des attaques suffisent, si la période est longue, le risque important ou la surveillance difficile, il vaut mieux préférer un traitement longue action (dicyclanil).



Retrouvez Pâtre sur Facebook


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre