Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Prédation
Les loups sortent du bois !

Le printemps est la saison propice pour faire un bilan sur la population de loups et définir les stratégies pour l’été à venir.

La population de loups en France continue de progresser avec 580 individus dénombrés au sortir de l’hiver, contre 530 à la même époque en 2019. L’évolution de la population semble marquer le pas, mais le nombre d’attaques sur les troupeaux domestiques ne faiblit pas pour autant. Depuis le début de l’année, 13 loups ont d’ores et déjà été abattus et un a été braconné. Lors du dernier groupe national loup, qui s’est tenu à Lyon le 8 juin, les syndicats agricoles, FNO en tête, ont eu gain de cause sur plusieurs revendications qu’ils portaient depuis longtemps. Tout d’abord, le seuil de prélèvement de loups, fixé à 17 % de la population, sera rehaussé de 2 % en 2 % à chaque fois qu’il sera atteint, afin de permettre aux éleveurs et bergers de toujours avoir la possibilité de défendre leurs animaux. Les représentants des éleveurs demandaient par ailleurs une simplification administrative par la création d’un document unique liant mesures de protection et autorisations de tirs de défense. Ce document va être mis en œuvre prochainement.

Le droit d'avoir zéro attaque

Ces avancées sont saluées favorablement par la profession mais ne permettent pas d’oublier les dégâts quotidiens causés par le grand canidé. La FNO insiste sur l’importance d’autoriser les éleveurs à défendre leurs troupeaux toute l’année, en toute sécurité et sur tous les territoires, même dans les parcs nationaux ou réserves naturelles. Pour cela, le syndicat ovin souhaiterait voir disparaitre la notion de plafond de prélèvement, s’améliorer la ponctualité des versements d’indemnités de prédation et milite pour le droit d’abattre des meutes entières lorsque la pression se fait trop forte. Pour la FNO, le principal axe de travail, c’est de garantir à l’éleveur « d’avoir zéro attaque sur son troupeau […] pour qu’ils puissent exercer sereinement leur activité ».

Soutenir les éleveurs les plus attaqués

Le préfet coordonnateur du plan national loup prévoit de mener une action de protection renforcée sur les élevages les plus prédatés de France. En effet, il apparaîtrait qu’entre 2017 et 2019, 50 éleveurs auraient concentré à eux seuls 30 % de la prédation et 200 éleveurs ont concentré 50 % des attaques. Encore plus inquiétant, dans les cœurs de parcs, ce ne sont que 24 éleveurs qui concentrent la moitié des attaques. Ces éleveurs, identifiés par les DDT(M) seront appelés à faire un diagnostic de leur exploitation, pour par exemple bénéficier d’un renforcement de gardiennage ou d’un appui technique. Pour la FNO, cette « mesure dilatoire » ne fait que retarder l’inévitable si les protocoles de prélèvement ne sont pas plus favorables aux éleveurs, seule pratique ayant montré de l’efficacité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre