Aller au contenu principal

Prédation
Les loups sortent du bois !

Le printemps est la saison propice pour faire un bilan sur la population de loups et définir les stratégies pour l’été à venir.

La population de loups en France continue de progresser avec 580 individus dénombrés au sortir de l’hiver, contre 530 à la même époque en 2019. L’évolution de la population semble marquer le pas, mais le nombre d’attaques sur les troupeaux domestiques ne faiblit pas pour autant. Depuis le début de l’année, 13 loups ont d’ores et déjà été abattus et un a été braconné. Lors du dernier groupe national loup, qui s’est tenu à Lyon le 8 juin, les syndicats agricoles, FNO en tête, ont eu gain de cause sur plusieurs revendications qu’ils portaient depuis longtemps. Tout d’abord, le seuil de prélèvement de loups, fixé à 17 % de la population, sera rehaussé de 2 % en 2 % à chaque fois qu’il sera atteint, afin de permettre aux éleveurs et bergers de toujours avoir la possibilité de défendre leurs animaux. Les représentants des éleveurs demandaient par ailleurs une simplification administrative par la création d’un document unique liant mesures de protection et autorisations de tirs de défense. Ce document va être mis en œuvre prochainement.

Le droit d'avoir zéro attaque

Ces avancées sont saluées favorablement par la profession mais ne permettent pas d’oublier les dégâts quotidiens causés par le grand canidé. La FNO insiste sur l’importance d’autoriser les éleveurs à défendre leurs troupeaux toute l’année, en toute sécurité et sur tous les territoires, même dans les parcs nationaux ou réserves naturelles. Pour cela, le syndicat ovin souhaiterait voir disparaitre la notion de plafond de prélèvement, s’améliorer la ponctualité des versements d’indemnités de prédation et milite pour le droit d’abattre des meutes entières lorsque la pression se fait trop forte. Pour la FNO, le principal axe de travail, c’est de garantir à l’éleveur « d’avoir zéro attaque sur son troupeau […] pour qu’ils puissent exercer sereinement leur activité ».

Soutenir les éleveurs les plus attaqués

Le préfet coordonnateur du plan national loup prévoit de mener une action de protection renforcée sur les élevages les plus prédatés de France. En effet, il apparaîtrait qu’entre 2017 et 2019, 50 éleveurs auraient concentré à eux seuls 30 % de la prédation et 200 éleveurs ont concentré 50 % des attaques. Encore plus inquiétant, dans les cœurs de parcs, ce ne sont que 24 éleveurs qui concentrent la moitié des attaques. Ces éleveurs, identifiés par les DDT(M) seront appelés à faire un diagnostic de leur exploitation, pour par exemple bénéficier d’un renforcement de gardiennage ou d’un appui technique. Pour la FNO, cette « mesure dilatoire » ne fait que retarder l’inévitable si les protocoles de prélèvement ne sont pas plus favorables aux éleveurs, seule pratique ayant montré de l’efficacité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre