Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les enseignants s’investissent pour les Ovinpiades des jeunes bergers

Dernière ligne droite avant la finale des Ovinpiades le 27 février. Les jeunes se sont beaucoup entraînés grâce à l’implication de leurs professeurs. Exemple au lycée d’Ahun dans la Creuse.

Les dernières finales régionales des Ovinpiades des jeunes bergers se terminent et les finalistes se préparent maintenant à la grande finale du 27 février qui se tiendra le premier jour du Salon de l’agriculture de Paris. Si les élèves se préparent, les enseignants aussi sont mobilisés par cet événement.

Au lycée agricole d’Ahun dans la Creuse, les professeurs se sont investis pour préparer au mieux les candidats. Les entraînements ont commencé début décembre, soit un gros mois avant l’épreuve régionale qui se tiendra au Mourier (Haute-Vienne) le 20 janvier. Après avoir fait le tour de toutes les classes, les deux jeunes professeurs Diane Magnaudeix et Geneviève Leppard ont recruté une petite vingtaine d’élèves motivés par cette compétition ludique, professionnelle et pédagogique.

Une façon de parler du mouton dans un département plutôt orienté bovin viande

Vêtus de cotes et de bottes, les élèves s’entraînent le mercredi après-midi en compagnie de leurs professeurs de zootechnie. « Nous leur montrons les bons gestes, ils les répètent et nous les corrigeons si besoin, explique Geneviève Leppard. Nous leur expliquons aussi la logique de chaque intervention ; par exemple qu’il faut examiner les yeux puis les pieds et non l’inverse pour ne pas transmettre de germes avec les mains… » Chaque technique est détaillée et répétée : tri des brebis, note d’état corporel, parage des onglons, évaluation de l’état d’engraissement, appréciation de la santé d’une brebis… Aujourd’hui, les profs se font aussi aider de Danielle Sennepin de la chambre d’agriculture de la Creuse. Mercredi prochain, les élèves plancheront plutôt sur le théorique avec le quiz et la redoutée reconnaissance des races.

« Ce jeu crée une dynamique autour du mouton, apprécie Jean-Pierre Valadeau, enseignant de zootechnie qui prépare ses dernières Ovinpiades avant de partir en retraite. C’est une façon de parler du mouton dans des cours qui sont ici naturellement plutôt orientés bovin viande. Ça peut faire le déclic pour les ovins chez certains jeunes en se disant que le mouton c’est pas mal… »

Des jeunes candidats motivés par le mouton

S’ils ne recrutent qu’une vingtaine d’élèves sur le millier de personnes en formation du lycée, les enseignants se disent plutôt satisfaits de la participation. « Les Ovinpiades s’adressent aux jeunes de 16 à 24 ans, or c’est un âge où on est parfois peu enclins à participer à des projets le mercredi après-midi sur son temps libre » pointe Diane Magnaudeix. La limite d’âge est d’ailleurs un frein pour les participations à la finale régionale. Aujourd’hui par exemple, sur la vingtaine d’élèves en entraînement, seul la moitié a plus de 16 ans… « Ce n’est pas grave, on prend tout le monde et on les prépare » s’enthousiasme Diane en pensant déjà aux candidats de 2017…

Les professeurs signalent aussi la différence de niveau entre jeunes et moins jeunes. « Si la partie théorique est abordable pour des BTS PA, c’est plus relevé pour des secondes ou des primaires » note Geneviève Leppard. « C’est comme si le Rugby club de Guéret jouait contre L’ASM Clermont Auvergne, sourit Jean-Pierre Valadeau. Et face à la pression du public ou des juges, un jeune de 22 ans paniquera moins qu’un de 18 ans ».

En ovin aussi, l’essentiel, c’est de participer

Dans les yeux des profs, il y a la fierté de voir que leurs élèves progressent. Tout le lycée se portera naturellement derrière son champion. « C’est une compétition et tout le monde à sa chance » rassure Geneviève Leppard. Les profs placent cependant plus d’espoirs dans certains élèves, leurs poulains, souvent fils ou fille d’éleveur, davantage investis et aguerris par la pratique régulière de l’élevage.

Le jour des épreuves, s’ils ne sont pas juges, les enseignants prévoient d’être avec les élèves pour les soutenir et les coacher. Tous espèrent pouvoir monter à Paris soutenir un candidat du lycée d’Ahun. « Les élèves se sont défoncés tous les mercredis pour bien apprendre et peut-être que personne ne sera sélectionné » prévient Geneviève. Après un tel investissement, il y aura des heureux mais aussi forcément des déceptions et il faudra consoler les élèves. Et sûrement aussi un peu leurs profs…

Les premiers sélectionnés pour les Ovinpiades

Les finales régionales des Ovinpiades des jeunes bergers s’étalant de décembre à février, on connaît les premiers sélectionnés pour la finale qui se tiendra le 27 février prochain au salon de l’agriculture de Paris. Sont sélectionnés à ce jour :

Ile-de-France : Cassandre Goyaud et Romuald Wojciekowski

Paca : Lucas Descamps du LEGTA de Carmejane (04) et Juliette Martorell du CFPPA du Merle (13).

Alsace : Mickaël Sturtzer du Lycée agricole d’Obernai (67) et Louis Srischinger du Lycée agricole de Rouffach (68)

Bretagne : Julien Engrand et Clément Leriche du Lycée Théodore Monod du Rheu (35)

Auvergne : Aurélien Richard et Lise Noel du lycée agricole de Brioude Bonnefont (43)

Pays de la Loire : Clément Tasse et Anaïs Leloup du lycée de Laval (53)

Plus d’infos sur http://ovinpiades.hautetfort.com/
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre