Aller au contenu principal

Les éleveurs pastoraux s’inquiètent pour les aides sur parcours boisés

Les éleveurs du pourtour méditerranéen ont adopté une motion pour une prise en compte équitable de l’élevage pastoral dans les politiques publiques.

Les éleveurs craignent que les parcelles boisées soient exclues des aides PAC.
Les éleveurs craignent que les parcelles boisées soient exclues des aides PAC.
© Carmejane DR

Les éleveurs et les organisations professionnelles représentatives de l’élevage des zones pastorales méditerranéennes se sont réunis les 25 et 26 septembre à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône à l’occasion des journées de l’élevage pastoral méditerranéen. Ils ont adopté une motion pour une reconnaissance de leurs surfaces dans la future PAC.

S’ils saluent les avancées du nouveau règlement européen, qui ouvre la possibilité de reconnaître les prairies permanentes incluant des broussailles et des arbres et les pâturages permanents où l’herbe n’est pas prédominante, ils s’inquiètent de la publication d’actes délégués pouvant réduire sensiblement le champ des surfaces admissibles.

« Les chênes et châtaigniers pourraientêtre considérés comme non-pâturables avec, comme conséquence, que les parcelles avec plus de 100 arbres de ces espèces par hectare ou plus de 50 % de couverture soient exclues de la PAC. Ensuite, même dans le cas d’arbres et d’arbustes considérés comme pâturables, s’ils représentent plus de 50 % de la surface d’un ilot déclaré, l’admissibilité de l’ilot serait mise en doute. Enfin, les éléments non admissibles dont la surface dépasse 100 m2 devront être spécialement identifiés dans le registre parcellaire et enlevés de la surface admissible des ilots déclarés, alors que cette surface était de 1 000 m2 auparavant » précise la motion adoptée fin septembre.

De très grandes superficies de pâturages, en particulier dans le Sud de l’Europe, correspondent à ces critères et ont jusqu’à présent bénéficié de paiements grâce à des mises en oeuvre de la PAC adaptées dans chaque état membre. La motion adoptée par les délégations représentant des régions française, espagnole, portugaise et italienne demande donc le maintien de l’admissibilité sans restriction de toutes les surfaces de parcours et d’alpages pénétrables, accessibles, et effectivement pâturées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre