Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les éleveurs pastoraux s’inquiètent pour les aides sur parcours boisés

Les éleveurs du pourtour méditerranéen ont adopté une motion pour une prise en compte équitable de l’élevage pastoral dans les politiques publiques.

Les éleveurs craignent que les parcelles boisées soient exclues des aides PAC.
Les éleveurs craignent que les parcelles boisées soient exclues des aides PAC.
© Carmejane DR

Les éleveurs et les organisations professionnelles représentatives de l’élevage des zones pastorales méditerranéennes se sont réunis les 25 et 26 septembre à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône à l’occasion des journées de l’élevage pastoral méditerranéen. Ils ont adopté une motion pour une reconnaissance de leurs surfaces dans la future PAC.

S’ils saluent les avancées du nouveau règlement européen, qui ouvre la possibilité de reconnaître les prairies permanentes incluant des broussailles et des arbres et les pâturages permanents où l’herbe n’est pas prédominante, ils s’inquiètent de la publication d’actes délégués pouvant réduire sensiblement le champ des surfaces admissibles.

« Les chênes et châtaigniers pourraientêtre considérés comme non-pâturables avec, comme conséquence, que les parcelles avec plus de 100 arbres de ces espèces par hectare ou plus de 50 % de couverture soient exclues de la PAC. Ensuite, même dans le cas d’arbres et d’arbustes considérés comme pâturables, s’ils représentent plus de 50 % de la surface d’un ilot déclaré, l’admissibilité de l’ilot serait mise en doute. Enfin, les éléments non admissibles dont la surface dépasse 100 m2 devront être spécialement identifiés dans le registre parcellaire et enlevés de la surface admissible des ilots déclarés, alors que cette surface était de 1 000 m2 auparavant » précise la motion adoptée fin septembre.

De très grandes superficies de pâturages, en particulier dans le Sud de l’Europe, correspondent à ces critères et ont jusqu’à présent bénéficié de paiements grâce à des mises en oeuvre de la PAC adaptées dans chaque état membre. La motion adoptée par les délégations représentant des régions française, espagnole, portugaise et italienne demande donc le maintien de l’admissibilité sans restriction de toutes les surfaces de parcours et d’alpages pénétrables, accessibles, et effectivement pâturées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre