Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les éleveurs britanniques risquent gros avec le Brexit

En sortant de l’Union européenne, les éleveurs ovins britanniques perdraient les avantages douaniers du marché unique pour exporter des agneaux vers la France.

Les partisans de la sortie de l’Union Européenne espèrent réécrire librement les réglementations et les politiques de soutien à l’agriculture. © D. Hardy
Les partisans de la sortie de l’Union Européenne espèrent réécrire librement les réglementations et les politiques de soutien à l’agriculture.
© D. Hardy

Avec le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne qui se tiendra le 23 juin prochain outre-Manche, les enjeux sont de taille pour la filière ovine anglaise. L’élevage ovin britannique est en effet fortement dépendant des échanges vers l’Union européenne qui représentait 345 millions de livres en 2014 (430 millions d’euros aujourd’hui). 38 % des agneaux anglais sont exportés et l’Europe représente 92 % de cet export dont 60 % pour la France.

Le Brexit (de British et exit) représente une énorme incertitude et des coûts commerciaux supplémentaires. En effet, membre de l’Union européenne depuis 1973, le Royaume-Uni profite du marché unique avec la libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux. Il n’y a pas de taxe douanière pour les biens échangés au sein de l’Union et des accords commerciaux négociés pour les biens importés du reste du monde. En cas de sortie de l’Union et sans accords commerciaux négociés, les producteurs anglais pourraient revenir aux règles de l’OMC, à savoir des droits de douane à 40 %.

Pas d’identification électronique pour le marché national ?

Des accords pourraient cependant être négociés à l’image de ceux qui lient l’Union européenne à l’Islande, la Suisse, la Norvège ou le Liechtenstein. Pour l’économiste Allan Buckwell : « si nous voulons rester proches du marché unique de l’UE, nous devons conserver la plupart des règlements européens, à défaut les exportateurs pourraient faire face à des coûts de transaction plus élevés liés aux droits de douane. » Mais le Royaume-Uni ayant globalement un déficit commercial de 60 milliards de livres (75 milliards d’euros) avec le reste de l’Union européenne, les autres États membres n’auraient pas intérêt à compromettre ce marché. « Fondamentalement, c’est dans l’intérêt de tous de continuer à échanger librement » indique George Eustice, le ministre de l’Agriculture britannique qui milite pour la sortie de l’UE. « Les éleveurs ovins qui exportent des agneaux en Europe devront se conformer aux règles telles que l’identification électronique mais ceux qui n’exportent pas auront plus de liberté » vante le ministre britannique de l’Agriculture.

Le risque de voir l’agriculture sacrifiée pour limiter l’inflation

Mais pour son premier ministre, David Cameron qui défend, lui, le maintien dans l’Europe, « il serait naïf de penser que les autres États membres voudraient accorder au Royaume-Uni un régime de faveur. N’échangeons pas un marché de 500 millions de personnes contre de l’incertitude ». D’autant qu’en sortant de l'UE, le Royaume-Uni n’aura que deux ans pour renégocier tous ses accords commerciaux. Et si la Grande-Bretagne veut réduire ses tarifs douaniers pour éviter l’inflation des prix aux consommateurs, elle laisse ses producteurs locaux plus exposés à la concurrence mondiale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre