Aller au contenu principal

Les autovaccins de nouveau autorisés chez les petits ruminants

Interdits en 2003, les autovaccins bactériens ont été à nouveau autorisés par le ministre de l’Agriculture en 2017 à condition de respecter la procédure officielle.

Le docteur Aurore Raffier (CDAAS 87) rappelle qu'un autovaccin n'est propre qu'au seul cheptel à l'origine du prélèvement. © B. Morel
Le docteur Aurore Raffier (CDAAS 87) rappelle qu'un autovaccin n'est propre qu'au seul cheptel à l'origine du prélèvement.
© B. Morel

Depuis le début de cette année, les petits ruminants peuvent à nouveau être soignés via des autovaccins, pour ce qui est des affections bactériennes qui n’ont pas de vaccin ou s’il est réputé peu efficace. Aurore Raffier, vétérinaire à la Coopérative départementale d’action sanitaire de la Haute-Vienne, présentait cette nouvelle alternative à l’occasion d’une conférence de Tech-ovin. Pour mettre en place un autovaccin, l’éleveur détecte le problème sanitaire sur son élevage (baisse de production, avortements en série, etc.) et avertit son vétérinaire qui va effectuer des prélèvements lors de sa visite. Ceux-ci sont envoyés en laboratoire pour isoler la souche bactérienne voulue qui sera envoyée chez un fabricant d’autovaccin comme le laboratoire Filavie dans le Maine-et-Loire. La bactérie va alors être inactivée et le fabricant rajoute un adjuvant afin de stimuler l’immunité du sujet. L’éleveur récupère alors les doses (environ 2 €/dose) et va pouvoir vacciner ses animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre