Aller au contenu principal

Les arbres fourragers, future ressource pour les ovins

Avec la probable augmentation de longues périodes de sécheresse, les chercheurs se sont mobilisés autour des essences d’arbre qui permettraient de nourrir les ovins.

Le suivi et la recherche quant au potentiel des arbres fourragers face au changement climatique se sont fait une place à l’Inrae depuis quelques années. En effet, d’après Robin Russias, auteur de publications à ce sujet, « ces ressources fourragères étaient utilisées en Europe occidentale puis ont été abandonnées après la seconde guerre mondiale, c’est donc la preuve que c’est possible de nourrir les bêtes avec des arbres ». Les chercheurs étudient donc les possibilités de remettre cette pratique au goût du jour, afin de constituer une source complémentaire de fourrage en période de sécheresse.

La composition chimique des fourrages et des feuilles de plusieurs essences a été comparée en laboratoire, en plus de leur résistance à la sécheresse. Ainsi, une liste d’essences ayant un potentiel à la fois nutritionnel et de résilience climatique en Auvergne a été dressée suite aux analyses. On y retrouve l’érable champêtre, le charme commun, le frêne élevé, le chêne pédonculé, le robinier, le tilleul à grandes feuilles ou encore le cornouiller sanguin. Les qualités nutritionnelles des essences ont été évaluées par fermentation in vitro, et elles peuvent atteindre voire dépasser les qualités des fourrages plus classiques comme le ray-grass anglais (pour le sureau et le mûrier blanc par exemple). « Ce procédé exclut néanmoins les interactions des micro-organismes du rumen ovin, les paramètres d’appétence ou de toxicité », met en garde Robin Russias. Cela permet tout de même d’avoir une première idée du potentiel de chaque essence testée, notamment pour des expériences in vivo. Par exemple, une expérimentation a été menée par la suite avec deux essences tirées de la liste : le mûrier blanc et le frêne commun.

En travaillant à l’échelle du rameau et selon différentes fréquences de distribution de fourrage, les chercheurs ont observé, sans surprise, que les moutons ont plus d’appétence pour les feuilles que pour les branches. De plus, les branches contiennent plus de fibres et de protéines difficiles à digérer pour les ovins. Dans cette même étude, il a été démontré que quelle que soit la fréquence de distribution des rameaux, la quantité et la qualité de fourrage ingéré étaient la même. Il a fallu tenir compte de la capacité de production des arbres, et de l’évolution de la qualité des rameaux au fil de l’année. Même dans les moments secs, en gérant les périodes de prélèvement, un arbre peut produire assez pour couvrir les besoins d’entretien des ovins. En effet, « dans le cadre de l’expérimentation menée, un arbre représente 0,85 UGB nourri en juillet, ce n’est pas négligeable ». Il reste encore beaucoup d’aspects à tester pour pouvoir élargir les modèles, comme la quantité de feuilles ingérées par les animaux, et à long terme la mécanisation et la main-d’œuvre requise. Une piste de recherche est d’identifier les essences permettant d’obtenir des aides pour faciliter leur implantation dans les forêts et les pratiques agricoles.

Appel à témoins

Dans le cadre du projet ClimAgrof II, les techniciens du Ciirpo - Institut de l’Élevage souhaiteraient rencontrer et échanger avec des éleveurs ovins viande qui alimentent leur troupeau avec des feuilles et rameaux. Le projet est plutôt centré sur le Massif central, mais les éleveurs en dehors de cette zone sont les bienvenus dans l’enquête.

Contact : marie.miquel@idele.fr - Tél. 04 43 76 06 81
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les animations, concours et présentations du ring ovin du Salon de l'agriculture sont à suivre en direct puis en replay sur la chaîne YouTube du SIA.
Retrouvez le ring ovin du salon de l'agriculture en replay
Le Salon de l'agriculture de Paris retransmettait les présentations, concours et animations du ring ovin en direct puis en replay.
Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Les trois ténias larvaires que sont la cysticercose, l'échinococcose et la cœnurose sont transmis aux ovins par les canidés, notamment les chiens de protection.
L’inquiétant retour de la cysticercose ovine lié à la présence du loup
Transmise par les canidés, la cysticercose affecte les ovins et les hommes. Cette maladie est due à un parasite qui se love dans…
Une bonne supplémentation en minéraux des brebis en fin de gestation assure des agneaux plus lourds au sevrage.
Miser sur les oligo-éléments pour des agnelages productifs
Les oligo-éléments sont présents en faible quantité dans l’organisme des ovins, mais sont indispensables à son fonctionnement,…
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre