Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

consommation
Les animations en GMS, un outil indispensable

Si elles sont de plus en plus nécessaires, les animations en supermarché ne s’improvisent pas. Exemple avec l’association pour la défense des agneaux certifiés en Poitou-Charentes.

© Vbargain
Les animations en magasin sont un outil indispensable à la vente pour les signes de qualité, surtout dans un contexte économique tendu pour le consommateur, constate Antoine Costi, du GIE ovin Centre- Ouest, chargé de l’appui commercial au sein de l’Association pour la défense et la promotion des agneaux certifiés en Poitou-Charentes (Adpap). Le gain se voit immédiatement sur les volumes mais aussi à plus long terme sur le relationnel avec le chef de rayon. Les grandes et moyennes surfaces sont de plus en plus demandeuses, avec des animateurs mais aussi des producteurs, avec comme axes principaux l ’ é l e v e u r dans son terroir et le développement durable. » Si des animateurs professionnels ont un rôle dans le développement des animations, la participation des producteurs est donc de plus en plus essentielle et recherchée par certaines enseignes, notamment Auchan. « Les producteurs sont les mieux placés pour faire passer leur passion aux consommateurs, estime Antoine Costi. Et ils doivent garder leur authenticité, leur façon de parler. »

ANTICIPATION ET PROMOTION TARIFAIRE

Une formation minimale peut toutefois s’avérer nécessaire, pour mettre les éleveurs à l’aise dans cette situation nouvelle, leur indiquer ce qu’il faut dire et ne pas dire, leur faciliter l’approche des consommateurs et les préparer aux refus voire à une certaine agressivité de ceux-ci. Une bonne animation passe aussi par l’anticipation des dates et de la mise en place des documents administratifs. « Les plannings doivent être établis si possible en début d’année après avoir contacté les chefs de rayon », indique Antoine Costi. Le choix de la date est stratégique : celle-ci doit correspondre à une sortie abondante d’agneaux sur le marché, à l’ouverture ou l’extension de magasins, au démarrage du produit dans le rayon, à des anniversaires, à la rénovation du rayon viande… « Ce qui nécessite un bon suivi des grandes et moyennes surfaces », insiste Antoine Costi. Une bonne information des producteurs ou animateurs sur les caractéristiques dumagasin et du produit est également importante. De même, la négociation du meilleur emplacement possible et la préparation du matériel (stand, gadgets, animaux vivants…) sont essentielles. « Le matériel doit être envoyé au magasin au plus tard une semaine avant l’événement, insiste Antoine Costi. Et il faut rappeler le magasin au moins cinq fois dont deux fois dans la semaine qui précède l’animation. » Une sensibilisation des abatteurs ou grossistes et du responsable du rayon boucherie doit aussi être assurée afin d’associer une promotion tarifaire à l’animation. « Dans 70 à 75 % des cas, une promotion sur au moins un morceau accompagne l’animation », constate Boris Labrousse, technicien du GIE ovin Centre- Ouest, en charge notamment de l’accompagnement des éleveurs lors des animations. Autres nécessités : une mise en avant adaptée avec anticipation des commandes et livraisons et une rigueur dumagasin dans l’approvisionnement régulier du linéaire et dans l’information des consommateurs avant l’événement. « Il faudrait établir un cahier des charges précisant les efforts tarifaires qui doivent être consentis et la programmation des volumes, afin que les éleveurs fassent surtout la promotion de leurs propres agneaux », estime Patrick Soury, président du GIE ovin Centre-Ouest. La ponctualité et le respect rigoureux des horaires par le magasin, les producteurs et les animateurs sont également des points essentiels. « Une animation se fait de 9h à 12 heures et de 13 h 30 à 19 heures, insiste Antoine Costi. Elle ne doit pas commencer à 10 heures ou s’arrêter à 16 heures. » Enfin, une bonne animation implique aussi un travail de récolte d’informations après l’animation, pour évaluer les résultats des ventes, l’impact de la promotion et des animateurs, identifier les consommateurs…
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre