Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’entraide et la formation pour un bon chien de troupeau

Les premières rencontres nationales chiens de troupeau ont rappelé l’importance de la formation et le rôle central des associations d’utilisateurs pour bien accompagner les nouveaux propriétaires.

Selon les départements et les aides, les formations au dressage du chien de troupeau coûtent entre 0 et 80 euros par jour.
Selon les départements et les aides, les formations au dressage du chien de troupeau coûtent entre 0 et 80 euros par jour.
© P. Lauby

Le chien de troupeau simplifie les manipulations et les déplacements d’animaux. Il permet à un éleveur de travailler seul lors des regroupements, contentions, tris, recherches, montées en bétaillère, travaux en bâtiment… Pour Guillaume Desmars de la chambre d’agriculture de Dordogne, « le chien de troupeau est une façon moderne de travailler et de penser l’organisation du travail. La modernité n’est pas que dans la mécanisation ».

À condition bien sûr de ne pas choisir le chien au hasard et d’apprendre à l’utiliser en suivant une formation au dressage. Pour cela, 13 formateurs agréés par l’Institut de l’Élevage organisent régulièrement dans chaque département et avec l’appui des chambres d’agriculture, centres de formation, syndicats et MSA, quatre types de formation pour le maître et le chien : choisir son chien et préparer son arrivée sur l’exploitation (une journée) ; initiation (quatre jours) et perfectionnement (deux jours) à l’éducation et au dressage du chien de troupeau ; comprendre son troupeau pour travailler en sécurité avec son chien (trois jours avec la MSA).

Le 11 juin dernier à Ambazac en Haute- Vienne, l’Institut de l’Élevage et la Caisse centrale de la MSA ont organisé les premières rencontres nationales chiens de troupeau avec l’appui organisationnel de l’Association départementale des utilisateurs de chiens de troupeau de la Haute-Vienne (Aduct 87). Cette journée ensoleillée a permis à plus de 90 personnes (organisateurs de formations, associations d’utilisateurs de chien de troupeau et services de la santé-sécurité au travail de la MSA) de bien percevoir l’intérêt de coopérer pour organiser des formations, accompagner les éleveurs et promouvoir le chien de troupeau.

« Les associations d’utilisateurs de chien de troupeau sont des relais utiles pour organiser ces formations et accompagner les éleveurs, apprécie Pierre Monnier, éleveur dans le Cantal et président de la Fédération des utilisateurs de chien de troupeau. Quand un éleveur veut investir dans un chien de troupeau, son premier réflexe doit être de contacter l’association d’utilisateurs de son département afin de trouver un bon chien et recevoir les premiers conseils de la part d’éleveurs-utilisateurs chevronnés ».

En Corrèze par exemple, l’Acuct 19 a instauré un système de parrainage où un éleveur intéressé est mis en relation avec un autre éleveur-utilisateur proche de chez lui. Ce dernier peut ainsi lui donner les premiers tuyaux sur l’achat, le logement, l’alimentation et l’éducation du chiot. Le parrain peut également se déplacer avec son chien dressé pour habituer le troupeau du futur utilisa-teur au travail avec le chien. « Le parrainage donne envie aux éleveurs de continuer, de ne pas se démotiver » apprécie Nicole Veyret de l’Acuct 19. Dans la Creuse, l’entraînement à la conduite se fait en groupe. « Tous les mois, un adhérent invite les autres à venir faire travailler leur chien sur sa ferme, explique Cyril Melin, président de l’Association chiens de troupeau creusois. C’est plus agréable de s’entraîner à plusieurs et c’est un sérieux coup de main pour les nouveaux propriétaires de chien ».

Pour inciter les futurs agriculteurs à se servir du meilleur ami de l’homme, certains lycées agricoles consacrent un module d’adaptation professionnelle (MAP) au chien de troupeau pour faire sauter les à priori et leur faire découvrir le chien de conduite. « Quand les élèves voient que l’on peut manipuler avec un chien un lot de 26 génisses de 7-8 mois dans le calme, les faire monter dans la bétaillère tranquillement et les emmener au comice agricole, ils se rendent compte que le chien améliore leur sécurité. La MSA l’a compris il y a longtemps d’ailleurs. Si tous les éleveurs voyaient ce qu’on peut éviter comme accident en travaillant avec un chien… » conclut Jean-Paul Meilhaud, professeur au lycée agricole de Saint-Yrieix la Perche (Haute-Vienne).

Un nouvel espace web dedié aux chiens de troupeau

L’Institut de l’Élevage vient de créer une nouvelle page web dédiée au chien de troupeau (http://chiens-de-troupeau.idele.fr) qui présente le réseau de formateurs agréés, l’offre complète de formations ainsi qu’une carte interactive avec les coordonnées des contacts par département. Cet espace met également à disposition des fiches pratiques pour choisir, loger et soigner son chien.

Le site de la fédération des utilisateurs de chien de troupeau (www.fuct.fr) liste aussi les associations départementales ainsi que les concours de chiens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre