Aller au contenu principal

L’éducation du chien de protection

Une fois le chiot fixé au troupeau, il faut ensuite modeler son caractère afin qu’il soit protecteur juste ce qu’il faut.

À partir de ses quatre mois, le chiot doit être totalement fixé au troupeau. Si l’imprégnation s’est bien faite, l’éleveur peut alors commencer à interagir plus fréquemment avec lui. Il s’agit de rompre petit à petit l’isolement dans lequel s’est trouvé le chiot en arrivant sur la ferme pour créer des liens avec les humains. « Pendant longtemps l’idée fausse qu’il fallait que le chien soit complètement maintenu à l’écart des hommes circulait. C’est notamment à cause de cela que certains chiens peuvent être agressifs envers des promeneurs », alerte Rémi Bahadur, référent chien de protection pour le réseau Institut de l’élevage. Cependant, il faut bien doser le degré de sociabilisation du chien. En effet, s’il est trop sociable, le chien n’hésitera pas à quitter le troupeau pour venir chercher des caresses. A contrario, un chien trop sauvage ne fera que difficilement la différence entre loup et randonneur. « C’est le comportement du chien, observé par l’éleveur qui doit déterminer l’attitude de celui-ci », rappelle le formateur qui est lui-même éleveur de brebis. La sociabilisation est évolutive dans le temps. « Lorsque le chien montre des signes d’éloignement, l’éleveur redoublera de caresses et inversement si le chien se montre trop collant. » Bien que de deux à quatre mois, le chiot ne doit, en théorie, voir uniquement l’éleveur, il faut que, par la suite, le chien puisse être touché par n’importe qui en présence du maître. Et le maître lui-même doit parvenir à le manipuler, c’est-à-dire le faire marcher en laisse ou lui inspecter la mâchoire par exemple. Le chien de protection n’est pas vraiment dressé, mais il doit comprendre des ordres et des situations de base : l’attache en dehors du troupeau, la marche en laisse et le retour au troupeau.

La première sortie doit être avec des brebis connues

À quatre ou cinq mois, le chiot va faire avoir ses premières expériences avec le monde extérieur, c’est à cette période qu’il faut lui apprendre le respect des clôtures. « Idéalement, le chien doit être placé dans un petit parc, bien électrifié, avec le lot de brebis qu’il connaît. Il faut limiter ce nouvel espace qu’il découvre », rappelle Rémi Bahadur. Il ne faut pas lésiner sur l’électrification de la clôture, afin que le chien apprenne à garder ses distances. L’intégration du jeune chien dans le troupeau entier doit se faire progressivement. Il s’agit d’ajouter petit à petit des brebis qui lui sont inconnues parmi le lot de brebis connues. Ainsi, la proportion d’animaux inconnus mis avec le chien ne doit pas dépasser la moitié du lot. « Une fois que le conditionnement et l’éducation ont été bien faits, il n’y a plus vraiment de suivi à faire du chien, explique le formateur. Par contre, il faut que l’éleveur s’assure que ses salariés, notamment s’il emploie des bergers, connaissent l’attitude à adopter face à un chien de protection. » En résumé, le chien de protection demande de l’attention la première année de vie mais ensuite, à partir deux ans, il est considéré adulte et peut faire face à une attaque de prédateur.

Un chien peut travailler jusqu’à 8-10 ans en moyenne

Ensuite, pendant toute sa carrière, qui dure généralement entre huit et dix ans, l’éleveur n’a plus de travail particulier à fournir, mais il devra toujours surveiller le comportement de ses aides-bergers canins. Il faut cependant avoir à l’esprit qu’un chien de protection adulte ingère près d’un kilo de croquettes par jour, mieux vaut s’organiser pour la montée en alpage… « Au bout de quelques années, les éleveurs nous disent que leurs brebis sont beaucoup plus sereines en présence du chien de protection que s’il n’était pas là », affirme Rémi Bahadur.

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre