Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le zéro prédation ciblé par les tirs létaux

Les syndicats et fédération d’éleveurs haussent à nouveau le ton à l’encontre de l’État sur la gestion du loup.

La FNDP rappelle que le zéro prédation est visé, non pas le zéro loup. © pabvision.com
La FNDP rappelle que le zéro prédation est visé, non pas le zéro loup.
© pabvision.com

Dans une lettre adressée au Premier ministre, la FNSEA, les Jeunes agriculteurs, la FNO et autres syndicats agricoles font le bilan de 10 ans de prédation. Plus de 67 600 ovins, 3 000 caprins, 500 bovins ont péri sous les crocs des loups ! Et chacun des prédateurs coûte 60 000 euros à la France pour la gestion des indemnisations et des subventions pour la protection des troupeaux. Les représentants agricoles rappellent dans leur courrier que « les éleveurs impactés par la prédation vivent un enfer, contraints de travailler, chaque jour, dans un climat toujours plus tendu et dans l’attente de la prochaine attaque. La situation est telle que la MSA a dû mettre en place des groupes de soutien psychologique pour eux, pour leur famille et pour les bergers. » Ils font part entre autres de deux requêtes auprès du chef du gouvernement : autoriser les tirs de défense dans les zones de cœur de parcs nationaux, les éleveurs n’étant pas en capacité aujourd’hui de défendre leurs troupeaux en cas d’attaque.

Tuer des loups ne satisfait personne

La seconde requête concerne le déclassement du loup comme espèce en voie de disparition sur le sol français. En effet, le seuil de 500 individus ayant été atteint à la sortie de l’hiver, les spécialistes de la faune sauvage ont confirmé que la population lupine était désormais viable. La Fédération nationale pour la défense du pastoralisme (FNDP) se mobilise aussi de son côté sur la question du loup et rappelle que « l’idée de tuer des loups ne satisfait personne, mais cela devient une nécessité absolue. » La Fédération argumente que parmi tous les moyens mis en œuvre pour faire baisser la prédation, le seul qui est un minimum d’intérêt est l’autorisation des tirs létaux. Face à la forte mobilisation du terrain, le préfet coordonnateur du plan national loup a publié un arrêté permettant l’abattage de 10 loups supplémentaires jusqu’à la fin 2019, soit 2 % de la population lupine en France. Une décision saluée par les syndicats, mais jugée « insuffisante et preuve implicite de l’échec des mesures de protection », selon la FNDP.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre