Aller au contenu principal

Le zéro prédation ciblé par les tirs létaux

Les syndicats et fédération d’éleveurs haussent à nouveau le ton à l’encontre de l’État sur la gestion du loup.

La FNDP rappelle que le zéro prédation est visé, non pas le zéro loup. © pabvision.com
La FNDP rappelle que le zéro prédation est visé, non pas le zéro loup.
© pabvision.com

Dans une lettre adressée au Premier ministre, la FNSEA, les Jeunes agriculteurs, la FNO et autres syndicats agricoles font le bilan de 10 ans de prédation. Plus de 67 600 ovins, 3 000 caprins, 500 bovins ont péri sous les crocs des loups ! Et chacun des prédateurs coûte 60 000 euros à la France pour la gestion des indemnisations et des subventions pour la protection des troupeaux. Les représentants agricoles rappellent dans leur courrier que « les éleveurs impactés par la prédation vivent un enfer, contraints de travailler, chaque jour, dans un climat toujours plus tendu et dans l’attente de la prochaine attaque. La situation est telle que la MSA a dû mettre en place des groupes de soutien psychologique pour eux, pour leur famille et pour les bergers. » Ils font part entre autres de deux requêtes auprès du chef du gouvernement : autoriser les tirs de défense dans les zones de cœur de parcs nationaux, les éleveurs n’étant pas en capacité aujourd’hui de défendre leurs troupeaux en cas d’attaque.

Tuer des loups ne satisfait personne

La seconde requête concerne le déclassement du loup comme espèce en voie de disparition sur le sol français. En effet, le seuil de 500 individus ayant été atteint à la sortie de l’hiver, les spécialistes de la faune sauvage ont confirmé que la population lupine était désormais viable. La Fédération nationale pour la défense du pastoralisme (FNDP) se mobilise aussi de son côté sur la question du loup et rappelle que « l’idée de tuer des loups ne satisfait personne, mais cela devient une nécessité absolue. » La Fédération argumente que parmi tous les moyens mis en œuvre pour faire baisser la prédation, le seul qui est un minimum d’intérêt est l’autorisation des tirs létaux. Face à la forte mobilisation du terrain, le préfet coordonnateur du plan national loup a publié un arrêté permettant l’abattage de 10 loups supplémentaires jusqu’à la fin 2019, soit 2 % de la population lupine en France. Une décision saluée par les syndicats, mais jugée « insuffisante et preuve implicite de l’échec des mesures de protection », selon la FNDP.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre