Aller au contenu principal

DOSSIER
Le salariat pour alléger le travail

Le temps de travail et la pénibilité des tâches font de plus en plus partie des préoccupations majeures des éleveurs. Le salariat est l'une des solutions pour sortir la tête du guidon.

© Réussir/LMouquet

Les jeunes agriculteurs aspirent à vivre comme les autres et souvent, lors d'une transmission, cela implique de revoir la distribution des tâches au sein de la ferme. Avant, le modèle de l'agriculture française reposait sur le couple et la famille. Parents et enfants prêtaient main forte au chef d'exploitation. Cette main d'oeuvre ayant de nos jours tendance à se raréfier - mais sans disparaître pour autant - les éleveurs rebondissent. Ils inventent de nouvelles formes d'organisation du travail.

L'entente et l'entraide ont toujours existé dans le monde agricole. Preuve en est avec la création, dès 1962, des groupements agricoles d'exploitation en commun (Gaec) dans la loi d'orientation agricole. Une "exception" française qui comte de plus en plus d'adeptes, surtout chez les hors-cadre familiaux. Ce concept de coopération se retrouve également dans les Cuma, coopératives d'utilisation du matériel agricole, qui ont connu un fort développement après-guerre. Aujourd'hui, elles emploient de plus en plus de salariés, ne se limitant plus à une mise en commun de machines.

Pour alléger le travail, la main d'oeuvre, à défaut d'être familiale ou de voisinage, peut devenir salariée. Si l'éleveur ovin n'a pas toujours les moyens d'embaucher une personne à temps plein, il existe des solutions alternatives, comme les groupements d'employeurs qui permettent davantage de souplesse. Dans ce domaine,le département de l'Aveyron montre l'exemple, surtout pour les ateliers ovins lait, soumis à l'astreinte de la traite deux fois par jour.

La suite de ce dossier dans Pâtre 608, parution début octobre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre