Aller au contenu principal

Le Sac du berger veut relancer la laine

Dans l’Aveyron, les collectivités locales, la filière Roquefort et un maroquinier veulent ouvrir une filature pour mieux valoriser la laine locale.

La ville de Saint-Affrique, dans l’Aveyron, pourrait retrouver prochainement une filature pour valoriser la laine locale. Les éleveurs de Roquefort, la communauté de communes de Saint-Affrique et l’atelier du sac du berger se préparent en effet à recréer de toutes pièces un atelier de filage de la laine couplé à une boutique.

Une filature avec boutique qui se visite toute l’année

« J’ai toujours entendu dire que la laine, ça ne valait rien, expliquait lors du dernier salon de l’agriculture Jean-Pierre Romiguier, le gérant du Sac de Berger. Pourtant, en créant des capes, vestes ou manteaux en laine foulonnée, j’ai vu qu’il y avait une demande pour de la laine locale. Avant, le premier critère d’achat, c’était la finesse de la laine, maintenant, c’est le fait que ce soit tracé et produit localement ».

Le projet prévoit de construire un bâtiment de 1 000 m² à Saint-Affrique, sur la route de Roquefort-sur-Soulzon. En plus des deux salariés et demi prévus pour l’atelier de filature, le bâtiment accueillera une boutique ouverte toute l’année et proposera des visites touristiques. Pour cela, la filature peut compter sur l’expérience du Sac du berger qui accueille actuellement 2 500 acheteurs chaque année dans ses locaux pourtant excentrés de Latour-sur-Sorgue, toujours dans l’Aveyron. Le sac du berger emploie une dizaine de salariés et vend depuis trente ans des sacs et articles de maroquineries inspirés de la vie pastorale.

Une filière locale à mettre en place

Le bâtiment de la filature, financé par la communauté de communes de Saint-Affrique, serait loué par une entreprise détenue conjointement par Jean-Pierre Romiguier et la Confédération générale des industriels et producteurs de lait de brebis de Roquefort. La laine serait lavée à Mazamet dans le Tarn et toute une dynamique autour de laine pourrait se mettre en place. « L’objectif est de mieux valoriser la laine et nous allons travailler avec les tondeurs et l’encadrement technique pour créer une filière locale » explique Jean-Pierre Romiguier qui espère commencer modestement la première année par 50 tonnes en suint, soit 20 tonnes lavées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre