Aller au contenu principal

Le mouton Belle-Île récompensé par le prix de l’agrobiodiversité animale 2021

Le mouton Belle-Île, représenté par l’association bretonne Denved ar Vro, a reçu le troisième prix de l’agrobiodiversité animale 2021. La race Belle Île, issue d’un croisement ancien entre la Flandrine et la Landes de Bretagne, a été retrouvée en 1985 sur Belle-Île dans le Morbihan. D’abord conservée à l’école vétérinaire de Nantes pour son intérêt scientifique, elle s’est répandue dans des élevages amateurs, dans les collectivités et chez les professionnels, souvent comme atelier de diversification pour la viande, le lait et la laine. « C’est une race qui a une valeur patrimoniale, qui est bonne herbagère, qui est belle et sociable, explique Jean-Luc Gion, secrétaire de l’association et éleveur amateur de la race. Mais de par sa prolificité élevée, il faut être présent au moment de l’agnelage ».

La dynamique de la race est bonne. Le nombre d’éleveurs adhérents a triplé en trois ans, atteignant aujourd’hui 72 élevages, dont une trentaine professionnels, et 700 brebis. La demande en béliers reproducteurs est donc importante et l’association va pouvoir, notamment grâce au prix de 4 000 €, développer une pépinière de bélier. La pépinière sera suivie par un technicien du Crapal (Conservatoire des races animales en Pays de la Loire) et sera ouverte au public pour promouvoir la race. Organisé par la Fondation du Patrimoine et par le laboratoire Ceva, le Prix national pour l’agrobiodiversité animale existe depuis neuf ans et a vocation à récompenser les initiatives mises en place pour la sauvegarde de races locales à faibles effectifs en finançant des projets autour de ces races.

3e prix de l'agrobiodiversité animale 2021
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
Les trois ténias larvaires que sont la cysticercose, l'échinococcose et la cœnurose sont transmis aux ovins par les canidés, notamment les chiens de protection.
L’inquiétant retour de la cysticercose ovine lié à la présence du loup
Transmise par les canidés, la cysticercose affecte les ovins et les hommes. Cette maladie est due à un parasite qui se love dans…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Antoine Lefevre, éleveur sélectionneur Ile de France dans l’Oise et heureux propriétaire d'un bélier à 2 640 euros.
"J’ai acheté un bélier à 2 640 euros"
"Dans la famille, nous avons toujours acheté nos béliers en sortie de station car pendant les trois mois qu’ils y passent, ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre