Aller au contenu principal

DECOUVRIR
Le double étage fragilisé dans le nord de l'Angleterre

Le célèbre « double étage » britannique est aujourd'hui remis en question dans le Yorkshire, tandis que les enjeux environnementaux augmentent.

© VBellet

Le parc national du Yorkshire Dales est la plus grande zone de landes à bruyère continue en Europe. Richard Findlay sur sa ferme de Quarry à Westerdale y exploite 120 hectares de prairies, ainsi que 500 hectares de parcours. Depuis le découplage total de la prime ovine en Angleterre en 2005, il a réduit son troupeau de 1 000 brebis à près de 800. Le type génétique a aussi évolué : les Swaledales (race rustique du nordest de l'Angleterre) utilisées dans le système à double étage britannique ont presque disparu, remplacées majoritairement par des « Easy Care », ainsi que par une petite troupe de brebis Beltex.

Du chou fourrager pour la finition des agneaux

La brebis Easy Care est un croisement réalisé dans les années 1960 à partir de différentes races dont la Wiltshire Horn et la Welsh Mountain (race rustique galloise). La brebis Beltex correspond à un rameau belge, et culard, du Texel. Richard utilise des béliers Beltex pour la lutte des brebis Easy Care, hors besoins de renouvellement (pas d'achat d'agnelles).

Après une période de défiance envers l'élevage, les gestionnaires du parc du North Yorkshire s'appuient maintenant sur les éleveurs pour entretenir les landes. Pour Richard, cela se traduit par un contrat lui demandant d'y faire sous la mère, ce qui peut sembler paradoxal, compte tenu de l'objectif environnemental du contrat avec le parc. La complémentation se poursuit après le sevrage, mais Richard peut aussi compter sur le chou fourrager implanté pour la finition des agneaux, ce qui permet de réduire leur consommation de concentré. Les ventes en maigre sont marginales, moins de 20% des agneaux de boucherie.

La productivité affichée au sevrage pour la troupe de 450 brebis Easy Care adultes est de plus de 1,6 agneau par brebis (les agnelles ne sont pas luttées), soit plus de 1,5 agneau en productivité finale. Même si ces brebis sont censées être autonomes à l'agnelage, le troupeau a été rentré en bergerie à cette période les deux dernières années, compte tenu des conditions climatiques difficiles. Les agneaux ne sont plus castrés, pour améliorer leur croissance, avec un objectif de 20 kg de carcasse à 4 mois, avec en 2012 un prix de vente moyen de 80 livres (93 euros).

« Le plus rentable, c'est la production de miel et de bougies ! »

Richard Findlay élève aussi 82 vaches allaitantes (croisées Limousines, Angus, Salers), qui sont hivernées à 25 kilomètres, plus bas dans la vallée, ce qui lui permet de doubler la taille de son troupeau, n'ayant pas de stock à réaliser pour les affourager. Sur la dernière campagne, la productivité au sevrage du troupeau bovin n'est que de 77%, du fait du virus Schmallenberg (21 % de vaches vides). Selon Richard, l'atelier le plus rentable de son exploitation, c'est la production de miel et de bougies !

Les évolutions de ces deux élevages illustrent une certaine désaffection envers le schéma de stratification de la production ovine britannique en double étage. Au-delà des risques sanitaires, le blocage de la circulation des reproducteurs lors de la crise de la fièvre aphteuse a pointé les risques liés à l'interdépendance des élevages. Mais ce schéma est aussi remis en cause par la volonté des éleveurs des zones de montagne de commercialiser des agneaux correspondant davantage aux standards de qualité du marché, voire d'améliorer la productivité de leur troupeau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre