Aller au contenu principal

DECOUVRIR
Le double étage fragilisé dans le nord de l'Angleterre

Le célèbre « double étage » britannique est aujourd'hui remis en question dans le Yorkshire, tandis que les enjeux environnementaux augmentent.

© VBellet

Le parc national du Yorkshire Dales est la plus grande zone de landes à bruyère continue en Europe. Richard Findlay sur sa ferme de Quarry à Westerdale y exploite 120 hectares de prairies, ainsi que 500 hectares de parcours. Depuis le découplage total de la prime ovine en Angleterre en 2005, il a réduit son troupeau de 1 000 brebis à près de 800. Le type génétique a aussi évolué : les Swaledales (race rustique du nordest de l'Angleterre) utilisées dans le système à double étage britannique ont presque disparu, remplacées majoritairement par des « Easy Care », ainsi que par une petite troupe de brebis Beltex.

Du chou fourrager pour la finition des agneaux

La brebis Easy Care est un croisement réalisé dans les années 1960 à partir de différentes races dont la Wiltshire Horn et la Welsh Mountain (race rustique galloise). La brebis Beltex correspond à un rameau belge, et culard, du Texel. Richard utilise des béliers Beltex pour la lutte des brebis Easy Care, hors besoins de renouvellement (pas d'achat d'agnelles).

Après une période de défiance envers l'élevage, les gestionnaires du parc du North Yorkshire s'appuient maintenant sur les éleveurs pour entretenir les landes. Pour Richard, cela se traduit par un contrat lui demandant d'y faire sous la mère, ce qui peut sembler paradoxal, compte tenu de l'objectif environnemental du contrat avec le parc. La complémentation se poursuit après le sevrage, mais Richard peut aussi compter sur le chou fourrager implanté pour la finition des agneaux, ce qui permet de réduire leur consommation de concentré. Les ventes en maigre sont marginales, moins de 20% des agneaux de boucherie.

La productivité affichée au sevrage pour la troupe de 450 brebis Easy Care adultes est de plus de 1,6 agneau par brebis (les agnelles ne sont pas luttées), soit plus de 1,5 agneau en productivité finale. Même si ces brebis sont censées être autonomes à l'agnelage, le troupeau a été rentré en bergerie à cette période les deux dernières années, compte tenu des conditions climatiques difficiles. Les agneaux ne sont plus castrés, pour améliorer leur croissance, avec un objectif de 20 kg de carcasse à 4 mois, avec en 2012 un prix de vente moyen de 80 livres (93 euros).

« Le plus rentable, c'est la production de miel et de bougies ! »

Richard Findlay élève aussi 82 vaches allaitantes (croisées Limousines, Angus, Salers), qui sont hivernées à 25 kilomètres, plus bas dans la vallée, ce qui lui permet de doubler la taille de son troupeau, n'ayant pas de stock à réaliser pour les affourager. Sur la dernière campagne, la productivité au sevrage du troupeau bovin n'est que de 77%, du fait du virus Schmallenberg (21 % de vaches vides). Selon Richard, l'atelier le plus rentable de son exploitation, c'est la production de miel et de bougies !

Les évolutions de ces deux élevages illustrent une certaine désaffection envers le schéma de stratification de la production ovine britannique en double étage. Au-delà des risques sanitaires, le blocage de la circulation des reproducteurs lors de la crise de la fièvre aphteuse a pointé les risques liés à l'interdépendance des élevages. Mais ce schéma est aussi remis en cause par la volonté des éleveurs des zones de montagne de commercialiser des agneaux correspondant davantage aux standards de qualité du marché, voire d'améliorer la productivité de leur troupeau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
Les ovins rustiques, une réponse adaptée aux évolutions climatiques
Lors de l'assemblée générale de l'organisme de sélection des races ovines des massifs, il a été rappelé les capacités d'…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre