Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Valorisation du fumier
Le compost est un produit naturel et hygiénique

Facile à épandre, de faible volume, plus hygiénique que le fumier sur les prairies, le compost dispose d´atouts pour être adopté par les éleveurs.


Le compostage est une technique ancestrale, simple, réhabilitée grâce à une mécanisation récente des aérations par retournement. La filière de traitement-valorisation des fumiers à la ferme appartient totalement aux éleveurs (sauf en élevages hors sol et en zone d´excédent structurel) dans une organisation collective des chantiers (Cuma avec chauffeur).
Aujourd´hui, les éleveurs sont sollicités pour jouer des rôles majeurs dans les différentes filières de traitement par le compostage, puis la valorisation des déchets verts des villes et des fractions fermentescibles des ordures ménagères. Ces produits peuvent être mélangés aux engrais de ferme et apporter de la cellulose aux fumiers qui en manqueraient. Attention toutefois, les composts obtenus sont des amendements stabilisés dans le sol pour plusieurs décennies. Le compost, produit de luxe des arboriculteurs et pépiniéristes est à la portée de tous. L´engrais de ferme devient un amendement homogène, calibré, qui sent le sous-bois. Les tas de fumier deviennent des andains réguliers et esthétiques, en bordure de champ contribuant à redorer l´image des engrais de ferme.

Le compostage accélère un processus naturel aérobie
Le compostage consiste à aérer de la matière organique (riche en cellulose et contenant un peu d´eau et d´azote) pour en accélérer l´évolution. Les aérations provoquées par le retournement de l´andain assurent le développement rapide d´une flore aérobie pré-existante dans la litière accumulée. Bactéries et champignons transforment la matière organique fraîche en fractions humifiées de stabilité variable. Les réactions provoquent alors des pertes de masse importante.
Le processus de compostage est un phénomène naturel qui s´amorce sans aération forcée lorsque le produit à composter emmagasine de l´air grâce à sa propre granulométrie. L´élévation de température au coeur du tas est l´expression de l´activité intense des micro-organismes.
En quelques semaines, les celluloses des pailles et l´azote des fumiers des micro-organismes évoluent conjointement. Les transformations qui auraient eu lieu dans le sol en plusieurs années sont accélérées. Le produit final a un rapport carbone/azote beaucoup plus faible que le fumier de départ, proche du C/N de la matière organique du sol. Le compost est dès lors devenu plus stable que le fumier de départ.
Le retournement de l´andain permet d´obtenir un produit homogène. ©D. R.

Les vrais fumiers avec cellulose sont compostables
Les produits à composter doivent contenir suffisamment d´eau pour assurer la vie et le développement des micro-organismes, mais pas trop. Un produit humide ne permet pas de maintenir une aération importante, il s´affaisse.
La cellulose est le moteur du compostage. C´est sa dégradation qui va assurer l´alimentation des micro-organismes. La cellulose joue aussi un rôle physique, elle assure le maintien de l´air dans le tas.
Seules, les déjections pailleuses (ou avec d´autres supports carbonés) sont compostables. Il s´agit des litières accumulées de bovins (7 kg de paille/UGB/jour), ovins, porcs et volailles, des fumiers de raclage après égouttage si le niveau de paillage est supérieur à 5 kg (par UGB et par jour), les lisiers en mélange avec un support carboné susceptible d´évoluer rapidement (paille par exemple). Il est possible de composter :
- les litières accumulées dès le curage ;
- les fumiers de raclage de logettes à plus de cinq kilos de paille par animal et par jour, après deux mois minimum d´égouttage sur une plate-forme ;

- les fumiers de mélange associant fumiers de litières accumulées et fumiers mous de raclage d´aires d´exercice pailleux et égouttés.
Attention, ces fumiers doivent être aérés dans un délai d´un mois après la mise en andain. Les vieux fumiers ne démarrent pas en température.
Les déchets ligneux peuvent également servir de supports, il doit s´agir de bois blancs, peupliers par exemple qui participent activement au compostage. Les autres bois devront être broyés au départ puis tamisés en fin de processus et les refus de tamis associés à la fabrication du compost suivant.
La confection des deux andains en ligne permet de les retourner en quelques minutes par un aller-retour. ©D. R.

Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Pâtre de Janvier 2006 : « Le compost ovin, meilleur engrais de la ferme ». (R. Pâtre Janvier 2006, 13 pages)


* d´après une brochure technique de Sylvie Acala de l´Institut de l´élevage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre