Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'Alsace retrouve son agneau local

La filière ovine alsacienne est marquée par une forte pression foncière mais un bassin de consommation important qui a permis d’amorcer le virage de la vente directe aux bouchers pour mieux valoriser les agneaux

© A. Villette

 

Avec plus de 1,8 million d’habitants sur  8 300 Km2, la région Alsace a une forte densité de population (225 habitants au km2). Cet important bassin de consommation permet d’écouler les produits agricoles locaux. L’Alsace est ainsi la quatrième région française pour la vente en circuits courts. 2900 exploitations vendent en circuits courts, soit un quart des exploitations alsaciennes. La forte densité de population contribue aussi à générer une concurrence forte sur le foncier. Avec un nombre élevé d’agriculteurs -  11 345 exploitations dont 5390 professionnelles - , les surfaces sont plutôt petites, 45 ha en moyenne, d’où la persistance d’un taux élevé de pluriactivité. La région est occupée par une grande diversité de productions et en 2013, 40 % du territoire était occupé par la forêt, 30% par des terres arables, 10 % par des surfaces toujours en herbe et 2 % par de la vigne.

Plus de la moitié des détenteurs d'ovins sont pluriactifs

Avec 30 000 brebis mères, localisées aux trois quart dans le Bas-Rhin, le cheptel ovin alsacien représente moins de 1 % du troupeau national. Ce cheptel s’est relativement bien maintenu au cours de la dernière décennie et seuls les petits troupeaux ont fortement régressé. Ils constituent tout de même encore 80% des élevages et seuls une cinquantaine d’éleveurs détiennent plus de 150 brebis. Un quart des élevages ovins sont des systèmes spécialisés. En systèmes mixtes, ils sont associés à d’autres herbivores notamment en montagne vosgienne ou à des grandes cultures préférentiellement en plaine du Rhin et région sous vosgienne. Plus de la moitié des détenteurs d’ovins sont pluriactif.

La vente directe aux bouchers en plein développement

Seul un tiers des agneaux est traité dans les abattoirs alsaciens, le reste partant en Lorraine ou dans le sud de la France, par l’intermédiaire de grossistes. Une part d’abattage non contrôlé est également à considérer. Avec une tradition importante de vente en vif aux particuliers et pour la fête de l’Aïd, les éleveurs ont dû réfléchir à de nouveaux débouchés pour sécuriser l’écoulement et la valorisation des agneaux face aux contraintes règlementaires. Les circuits courts bénéficient de ce revirement et étaient pratiqués en 2010 par la moitié des exploitations de plus de 150 brebis. Créée fin 2012 pour commercialiser des agneaux nés, élevés et abattus dans la région, la marque « Agneau terroir d’Alsace » est en plein développement. Avec l’arrivée de nouveaux adhérents et l’augmentation des points de vente, l’association a commercialisé en 2014 pas moins de 4 700 agneaux.

Retrouver le dossier complet dans le Pâtre n°624 de mai 2015, avec :

- La création d'un magasin collectif pour installer deux jeunes - reportage au Gaec l'Eichmatt

- "Nous sommes passés de bergers à éleveurs" - interview du président du syndicat ovin du Bas-Rhin

- Avoir l'oeil du boucher pour éviter le gras - reportage au Gaec Bottemer

- Maïs ensilage et vaine pâture pour maximiser l'autonomie alimentaire - reportage à l'EARL Schaeffer

- La marque Agneau terroir d'Alsace coordonne la vente directe - reportage chez le président de l'association

- Dialoguer avec les bouchers - Interview de la présidente de la corporation des bouchers du Bas-Rhin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre