Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'agneau simple et bon dans six pays d'Europe

Interbev ovin lance avec ses homologues irlandais et britanniques une campagne de promotion de l'agneau pour faire entrer cette viande dans la consommation de tous les jours.

Les interprofessions veulent montrer avec cette campagne que l'agneau peut aussi être une viande de tous les jours
Les interprofessions veulent montrer avec cette campagne que l'agneau peut aussi être une viande de tous les jours
© Interbev

Saviez-vous que le collier peut se consommer en haché, que la selle peut se consommer en tranches, grillées... ? C'est le genre de message que les filières ovines françaises, anglaises et irlandaises veulent faire passer au consommateur avec leur campagne de promotion « L'agneau, si simple, si bon ». L'objectif ? Faire comprendre que l'agneau n'est pas qu'une viande festive mais peut aussi être une viande de tous les jours. Cette campagne prend la suite de l'Agneau presto qui visait à proposer aux consommateurs des découpes modernes, rapides à préparer, avec moins de déchets dans l'assiette. Celle-ci avait permis de former les opérateurs à ces nouvelles découpes et faire connaître ces nouvelles façons de préparer l'agneau. « Nous mesurons tous les ans à quoi ressemble l'offre en rayon et nous avons pu voir que les pratiques ont bien évolué vers plus de découpes faciles » observe Anne-Sophie Duval, d'Interbev. Financée par les trois interprofessions Interbev ovins, AHDB et Bord Bia, cette nouvelle campagne bénéficie en plus du cofinancement à 50 % de l'Union européenne qui soutient les efforts des pays pour redynamiser la consommation et réaffirmer l'importance de la production ovine dans les territoires. Le budget total de la campagne est de 2,1 millions d'euros par an.

Elle sera déclinée pour trois ans dans six pays -- France, Angleterre, Irlande, Allemagne, Belgique, Danemark -- avec comme cible : les jeunes de 25 à 45 ans. La campagne s'appuie donc sur internet, un média en phase avec cette génération connectée. Un site internet, agneausibon.fr en français, et qui se décline dans les langues des six pays cibles a été réalisé. Il présente les différentes manières de préparer chaque morceau d'agneau et propose un grand nombre de recettes à trier selon le morceau ainsi que le mode et le temps de cuisson. Il présentera aussi les atouts de l'élevage ovin pour l'environnement et la vie des territoires ruraux.

Une campagne vidéo sur le Web et des relations presses grand public et professionnelle viennent compléter le dispositif pour créer un contexte positif autour de la viande d'agneau. « Mais pour que le consommateur pense à mettre l'agneau sur sa liste de courses, il faut lui faire penser au plus proche de l'acte d'achat, donc en magasin ! » La campagne se décline ainsi en magasin, avec pour cette première année 300 points de vente partenaires engagés dans la démarche et 600 prévus en 2016. Publicités sur le lieu de vente, bacs, animations y sont prévus pour augmenter la visibilité de l'agneau et inciter le consommateur à changer ses habitudes d'achat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre