Aller au contenu principal

Lâcher d’ours : les éleveurs n’en restent pas là

Les éleveurs dénoncent une "démocratie bafouée" après la réintroduction en force de deux ourses le mois dernier. Ici, Sorita avant son lâcher. © G. Rigaud/ONCFS
Les éleveurs dénoncent une "démocratie bafouée" après la réintroduction en force de deux ourses le mois dernier. Ici, Sorita avant son lâcher.
© G. Rigaud/ONCFS

Deux ourses slovènes ont été amenées dans les Pyrénées en octobre dernier, au nez et à la barbe d’un grand nombre d’éleveurs défavorables à l’idée d’augmenter encore la pression de la prédation. La fédération ovine de l’Ariège ne compte pas en rester là. Soutenue par la FNO, elle attaque juridiquement l’arrêté du 25 août 2018 autorisant la réintroduction des deux plantigrades. Une trentaine de personnes physiques et morales se sont associées pour porter leur action. Cette attaque en justice est basée sur deux arguments qui mettent les pouvoirs publics dans une situation délicate. D’une part, la FDO de l’Ariège souligne que les deux ourses n’ont pas été gardées en quarantaine sanitaire avant d’être lâchées dans la nature. Le risque étant que ces grands prédateurs soient porteurs de l’encéphalite des tiques, maladie présente en Slovénie, leur pays d’origine. Cette maladie, transmissible à l’homme, présente les mêmes symptômes que la maladie de Lyme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre