Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Transhumance
La transhumance, une pratique reconnue nationalement

La transhumance et les pratiques qui lui sont liées ont été reconnues le 2 juin comme faisant partie du patrimoine culturel et immatériel national.

Depuis le 2 juin, la transhumance fait du patrimoine culturel immatériel français.
© B. Morel

C’est à l’unanimité que les membres du comité national du patrimoine ethnologique et immatériel, dépendant du ministère de la Culture, ont voté en faveur de l’inscription totale de la transhumance et des pratiques qui y sont liées au patrimoine français. Tous les territoires où le pastoralisme est encore  présent se sont mobilisés pour réaliser le dossier et ainsi espérer redonner aux éleveurs et bergers une visibilité publique et une place dans les débats de société. Forte de cette nomination, la transhumance ne sera pas « mise sous cloche », comme le comité des races locales des massifs (Coram) le pointe dans un communiqué. Bien au contraire, elle devrait bénéficier d’un regain de dynamisme, à travers la valorisation et la promotion des pratiques vertueuses sociales et environnementales qui lui sont associées.

Les acteurs français de la transhumance ont ainsi gravit la première marche dans la procédure d’inscription de leurs pratiques sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. A partir du 2 juin, le Coram et ses partenaires ont ainsi pu entrer dans la phase internationale du projet qui devrait aboutir, nous leur souhaitons, au dépôt du dossier de candidature en mars 2022. La France collabore donc avec l’Espagne, l’Albanie, Andorre, la Croatie, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie afin d’élargir la reconnaissance accordée aux transhumances italiennes, grecques et autrichiennes en décembre dernier.

facebook.com/Coram.collectif

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre