Aller au contenu principal

La transhumance, cette pratique ancestrale inscrite au patrimoine culturel de l’Unesco

Ça y est, c’est officiel, la transhumance est inscrite depuis le 6 décembre au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Une reconnaissance de cette pratique dont les professionnels se réjouissent.

La transhumance des troupeaux ovins ou d'autres animaux domestiques est désormais classée au patrimoine culturel mondial de l'Unesco.
© B. Morel

La « transhumance, déplacement saisonnier de troupeaux » est officiellement inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette liste, établie par l’Unesco pour valorisée les pratiques historiques et ancestrales des Hommes sur Terre, s’est étoffée d’une nouvelle ligne ce 6 décembre. 

La nouvelle est arrivée depuis la République du Bostwana, où le comité en charge de cette fameuse liste se réunit du 4 au 9 décembre.

La candidature de la transhumance, portée depuis 2019 par l’Italie, la Grève et l’Autriche et soutenue au fil de ces dernières années par une demi-douzaine d’autres Etats européens dont la France et l’Espagne, avait pour objectif de sauvegarder et de valoriser cette pratique traditionnelle qui a encore aujourd’hui toute sa place dans le paysage agricole international. La définition de la transhumance telle qu’elle est inscrite dans la liste de l’Unesco est « un déplacement saisonnier de personnes et de leur bétail entre plusieurs régions géographiques ou climatiques ». Son rôle au niveau de l’identité d’un territoire, du maintien d’un maillage social et économique et dans la lutte contre l’exode rural est également cité.  

Lire aussi : Les races ovines locales, aux origines du pastoralisme

Au niveau français, c’est le collectif des races locales des massifs (Coram) qui a centralisé les travaux et coordonné les actions des acteurs des territoires et des organismes agricoles pour parvenir à cette inscription, fruit d’un travail collectif au long terme. Le Coram s’est attelé notamment à trouver un cadre juridique, réglementaire et/ou contractuel à la transhumance et au pastoralisme, à créer et pérenniser des réseaux de transhumants tout en inventoriant et en fluidifiant la transmission des savoir-faire et des connaissances. Enfin, le collectif a souhaité mettre en avant la valeur culturelle et sociétale de la transhumance avec la mise en place d’un observatoire dédié à cette pratique  pour analyser les risques et les menaces pesant sur sa pérennité. Rappelons qu’en 2020, le Coram avait réussi à faire inscrire la transhumance en France au patrimoine culturel immatériel national.

Lire aussi : Loi pastorale, un demi-siècle et de nouveaux défis

Pour Jean-Luc Chauvel et Olivier Maurin, co-présidents du comité de pilotage au titre du Coram : « Cette inscription est un hommage fort rendu par l’Unesco aux éleveurs, bergers et vachers transhumants qui, par leurs pratiques et leur passion pour leur métier, leurs animaux et leur territoire font vivre cette pratique. C’est cet attachement qui permet de préserver des filières de qualité basées sur des systèmes d’élevage vertueux, d’entretenir les territoires pastoraux et la biodiversité afin de répondre aux exigences sociétales pour une agriculture plus durable. »

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Le matin est consacré aux cours théoriques. Ce jour-là, Catherine enseigne les grands chiffres de la filière ovine française.
Une journée avec une classe en certificat de spécialisation Ovin
Sur le campus de Mirecourt, niché au cœur des Vosges, Catherine Falcoz et Ingrid Voinson dirigent une formation professionnelle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre