Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

PROMOTION
La semaine de la laine arrive en France

Une opération de promotion de la laine va être lancée auprès des consommateurs pour la première fois en France, du 1er au 6 octobre prochains.

© L.GEFFROY
Un troupeau de moutons qui défile dans les rues de Paris, ce n’est pas tous les jours. C’est pourtant ce qui attend les amateurs de mode féminine la semaine du 1er au 6 octobre, à l’occasion de la semaine de la laine. Lancée pour la première fois en France, à l’initiative de la Fédération française des industries lainière et cotonnière (FFILC), ainsi que de la fédération nationale ovine, cet événement se déroule déjà outre-Manche depuis deux ans, parrainée par le prince Charles.
« La laine est un produit naturel qui n’a jamais été surpassé », note John Thorley, président de cette opération baptisée ‘Campaign for wool’. Les grands magasins de Londres avaient déjà joué le jeu en 2011 en décorant leurs vitrines et leurs équivalents du boulevard Hausmann à Paris vont être invités à suivre le mouvement.

VERS UNE INTERPROFESSION LAINE

L’objectif de cette campagne est d’inciter les consommateurs à préférer des produits en laine, en mettant en avant les qualités intrinsèques de cette fibre naturelle : chaleur, confort, sécurité. Les principaux pays producteurs comme l’Australie, la Nouvelle- Zélande, l’Afrique du Sud et le Royaume-Uni, suivent cet événement international avec également une implication de l’IWTO (International Wool Textile Organisation).
En deux ans, l’opération a permis de toucher 77 millions de personnes dans le monde. En France, les professionnels lainiers ont créé l’an dernier un club laine, au sein de la FFILC. La principale bataille de ce club est de faire amenderles règlements européens 1069/2009 et 142/2011 qui classent à tort la laine dans une catégorie des sous-produits animaux à risque et imposent des conditions de transport et de stockage spécifiques ainsi que des contrôles sanitaires à l’importation non justifiés et préjudiciables à toute la filière (voir Pâtre 586). « Une interprofession laine est en train de se créer grâce au club laine, souligne Emmanuel Coste, éleveur en Auvergne et président d’Interbev Ovins. Le mouton produit de la viande, du lait mais aussi de la laine, ne l’oublions pas, car c’est ce qui fait sa spécificité par rapport aux autres animaux de rente (…). Ce produit a besoin d’être défendu car il a fait l’objet de plusieurs attaques de la part de la réglementation. »

EXEMPLE EN LIMOUSIN

Une autre bataille c’est d’encourager davantage — même si il est bien entamé — le retour de la matière dans les collections de prêt-à-porter. « Les différents acteurs de la filière laine ont initié une démarche au niveau de la région Limousin, détaille Christian Auque, président de l’union professionnel du textile, de l’habillement et du cuir Limousin, et nous allons décliner au niveau régional la semaine de la laine ». Le chemin est long mais des éleveurs et des artisans s’associent pour animer des réseaux dans différentes régions françaises. Le Limousin en est un exemple. « La production de laine est toujours présentée comme incompatible avec la production de viande. Je pense qu’au contraire, c’est un plus. L’éleveur peut encore obtenir de meilleurs prix à condition de travailler sur la qualité » explique Nadine Singeot, experte lainière dans le Limousin.
« L’industrie textile française en général et l’industrie lainière française en particulier ont souffert mais ne sont pas mortes » souligne Olivier Segard, qui dirige la société Segard Masurel, société de négoce de laine installée en France, Belgique, Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud. « On peut dire que la production commence pratiquement à se stabiliser à fin 2011 en France et un effort est fait pour privilégier la qualité au détriment de la quantité. On constate un retour de la laine dans les collections ce qui est plutôt une bonne nouvelle » constate pour sa part Hubert du Potet, délégué général de la FFILC.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre