Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sud-Est et région Paca
La rustique Mourerous, bonne marcheuse et apte au désaisonnement

Svelte mais solide, bien lainée, cette race rustique développe ses effectifs dans le Sud-Est et en Paca. Elle produit un agneau lourd apprécié dans la région ou un agneau léger pour lexport.

Encore appelée « Péone » ou « Rouge de Guillaumes », les origines de la race Mourérous apparaissent floues. Selon certaines hypothèses, des souches des Alpes et d´Afrique du Nord auraient contribué à sa constitution génétique. D´un des berceaux de la race dans les Alpes Maritimes, elle a essaimé dans toute la région Provence Alpes Côte d´Azur. On la retrouve également dans la Drôme et la Savoie.
Grâce à l´action de maintien entamée en 1977 par l´Établissement départemental de l´élevage et la Fédération des éleveurs ovins des Alpes de Haute Provence, cette race a pu être sauvegardée.
Reconnaissable à sa tête et ses pattes rousses, d´où lui vient son nom, la Mourérous est un animal élancé et doté d´une bonne couverture laineuse.

Aptitudes
C´est une race rustique, adaptée aux milieux secs et froids, avec une bonne aptitude à la marche pour l´alpage et le pâturage sur des parcours. Elle s´adapte également facilement aux longues périodes de bergerie en haute-montagne. La pratique d´un agnelage d´automne dominant témoigne de ses facilités de désaisonnement.

Reconnaissable à sa tête et ses pattes rousses, la Mourérous est un animal élancé et doté d´une bonne couverture laineuse.©D. R.


Élevage et production
L´élevage de Mourérous s´articule autour de deux grands systèmes d´élevage. L´élevage avec grande transhumance : ces troupeaux ont en général deux agnelages : le principal à l´automne (septembre-octobre) et un rattrapage au printemps, avec engraissement des agneaux en bergerie.
L´élevage de montagne ne développe généralement qu´un seul agnelage au printemps, avec une production d´agneaux d´herbe, maigres ou finis, et d´agnelles de renouvellement destinées à des éleveurs en race pure ou pratiquant le croisement avec des béliers de race à viande.
Les agneaux de bergerie reçoivent une alimentation à base de céréales, de concentrés et de fourrages et sont commercialisés sur le marché régional autour de 15-16 kg de carcasse. Environ un quart d´entre eux, selon la tendance du marché, sont toutefois vendus plus tôt en agneaux légers (20 kg de poids vif) exportés vers l´Espagne ou l´Italie.
Les broutards ou tardons nés au printemps, élevés sous la mère en montagne, sont généralement vendus à la descente d´alpage. Ils sont très appréciés par certains consommateurs pour leur saveur particulière.

Des brebis aptes à la vie en montagne ou sur parcours. ©D. R.


Prolificité et valeur laitière
On a relevé un taux de prolificité de 122 % sur les brebis contre 109 % sur des agnelles.
La race Mourérous présente d´assez bonnes aptitudes maternelles. Les animaux pesés sont très majoritairement ceux des adhérents au Syndicat de défense.
En Mourérous, le contrôle du gain entre 10 et 30 jours concerne 12 des 21 élevages adhérents au Syndicat de Défense et est pratiqué sur 2900 des 5100 agneaux nés dans ces élevages, soit sur 57 % des agneaux.

Bélier Mourerous issu du Centre d´élevage. ©D. R.


Sélection
En 1983 s´est créé le Syndicat de défense et de promotion de la race Mourérous. Ses objectifs sont la défense, la promotion et l´amélioration de la qualité des animaux de cette race alors en voie de disparition. En 1994, son programme de défense a d´ailleurs reçu son agrément dans le cadre des aides aux « races à faibles effectifs ». Aujourd´hui, on estime à 36 000 l´effectif de brebis mourérous, localisées à 90 % en région Paca et Rhône-Alpes. En 2000, on comptait 210 éleveurs d´animaux Mourérous, avec une taille moyenne de troupeau de 173 femelles contre 470 dans les 21 élevages adhérents au Syndicat de défense. A la suite de la création du Syndicat Mourérous, le standard de la race a été défini ainsi qu´un règlement technique avec la mise en place des qualifications.
Le schéma de sélection repose sur 21 éleveurs, et concerne 9000 brebis. Chaque année, environ 70 béliers sélectionnés dans 13 de ces 21 élevages entrent au Centre d´Elevage de Valernes (04). Les objectifs de sélection de la race sont bien définis :
- amélioration de la valeur laitière des brebis ;
- maintien d´une rusticité adaptée aux climats et aux terroirs des Alpes méditerranéennes ;
- désaisonnement.

Les agneaux sont choisis selon l´index valeur laitière et la qualification de leur mère, selon leur gain 10-30, leur phénotype et leur conformation, et leur génotype Prp (résistance à la tremblante). Ces futurs béliers entrent au Centre d´élevage à l´âge de trois mois, et y sont élevés pour être revendus à l´âge de douze mois. Lors de leur passage au Centre d´élevage, ces animaux transhument pendant quatre mois ; ils sont pesés cinq fois, ce qui permet de réaliser une sélection massale et de proposer les meilleurs reproducteurs aux adhérents. Afin de satisfaire aux deux périodes d´agnelage, de l´automne et du printemps, deux bandes de mâles rentrent au CE de Valernes : une de 50 animaux nés au printemps et une de 20 animaux nés à l´automne.
49 % de ces animaux sont achetés par les adhérents du Syndicat de défense, 46 % sont diffusés par les groupements de producteurs auprès d´éleveurs non adhérents en tant que reproducteurs, et 5 % meurent ou sont réformés.

 


En savoir plus
Syndicat de défense et de promotion de la race Mourérous Gén´OSE
17, allée des Genêts
04200 Sisteron
Tél. 04 92 61 55 63.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre