Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La qualité de la génétique ovine française sous-utilisée ?

La production ovine française possède une des meilleures génétiques au monde. Cette génétique constitue sûrement une opportunité de plus-value économique intéressante si la profession ovine s’ouvre encore davantage à l’international. Analyse d’un enseignant-chercheur.

On oublie souvent que notre génétique ovine de niveau mondial est un levier économique aussi discret qu’efficace pour la rentabilité de nos élevages ! Notre niveau s’explique par un développement de l’insémination animale unique au monde dans nos schémas de sélection. Environ 800 000 inséminations ovines sont réalisées chaque année depuis 20 ans. À plus de 40 %, le taux de pénétration de l’insémination en ovins lait est exceptionnel. Il est important en ovin viande avec 4 % des brebis inséminées.

Autre atout tricolore, la chaîne d’indexation centralisée et performante permet une qualité optimum des indexations et filiations. Grâce à ces outils performants, les schémas de sélection ont pu très rapidement développer les gènes de résistance à la tremblante (quasiment 100 % des béliers d’insémination sont résistants ARR/ARR depuis plusieurs années) ainsi que la génomique qui est déjà bien développée en ovins lait. Enfin, les moutonniers français ont gardé une bonne diversité de races. 24 races laitières, bouchères et rustiques sont utilisées en insémination, dont la moitié avec plus de 10 000 IA par an.

De bonnes idées à prendre chez les anglos-saxons

Pourquoi ces atouts, qui placent la génétique ovine française, sur bien des points, au rang de leader mondial, ne lui permettent pas d’être la mieux vendue ? En effet, nos prix de l’insémination artificielle sont faibles comparés aux principaux pays ovins anglo-saxons (voir tableau). De même, notre capacité à exporter notre génétique ovine peut sans doute être améliorée. Dans l’augmentation de l’exportation de génétique animale mondiale, il semble que des pays anglo-saxons comme les USA, le Canada ou les Pays-Bas se taillent la part du lion alors que la France stagne. Peut-être aurions-nous des leçons à tirer de la culture commerciale performante de ces pays ?

Nous avons sans doute longtemps sous-estimé en France l’importance de retranscrire systématiquement nos index génétiques en gain économique potentiel. Par exemple, depuis 2009, les Irlandais ont créé un index génétique ovin appelé « Eurostar » car il est systématiquement retranscrit en euros. De même, un sélectionneur anglais sera plus fier du prix d’achat vertigineux de son bélier champion que de ses index génétiques !

Des opportunités de développement à l’export

Par ailleurs, nos concurrents ovins anglo-saxons (Grande-Bretagne, Irlande, Nouvelle-Zélande…), bénéficiant de moins de financements publics pour leurs structures génétiques, se sont plus approprié leurs outils génétiques qu’en France. Les Anglais sous-traitent par exemple leur contrôle de performances à des entreprises privées. En Nouvelle-Zélande, c’est une entreprise privée (Sheep Improvement Limited) qui gère le testage sur descendance en sous-traitant elle-même les contrôles de performances. Quand on connaît la tendance à la baisse des financements publics français, la situation anglo-saxonne peut préfigurer la nôtre dans les années à venir…

En Europe, certaines races ovines françaises se sont bien exportées, comme la Charollaise en Grande-Bretagne et en Irlande ou la Lacaune lait en Espagne par exemple, mais il reste sûrement des parts de marché à prendre vu la qualité de notre génétique. Nos races bouchères dans les schémas à double étage britanniques, nos races lainières ou de type Ile-de-France en Europe centrale ou en Estrémadure où les souches mérinos sont développées, nos races « blanches » (Préalpes du Sud, Blanche du Massif central ou Lacaune viande) en Aragon, etc. En ovins lait, l’Irlande, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas semblent développer des élevages çà et là, et la crise du lait de vache pourrait favoriser cette émergence. De même, l’Europe centrale (Roumanie et Slovaquie notamment) a une tradition et un potentiel en brebis laitières intéressants.

Les kiwis meilleurs en rugby qu’en ovins laitiers

La tâche est évidemment plus difficile outre-mer avec des barrières sanitaires dissuasives. Cependant, la Nouvelle-Zélande vient de proposer à l’Union européenne un certificat sanitaire pour l’export de notre génétique ovine. Si les portes de la Nouvelle-Zélande s’ouvraient, la France aurait sans nul doute une belle carte à jouer dans ce pays en génétique viande comme en lait. En effet, ce pays est en train de développer une filière de lait de brebis, et quand les « kiwis » s’y mettent, ils voient les choses en grand ! Une des premières exploitations de brebis laitières en Nouvelle-Zélande dépasse déjà les 10 000 brebis et avec une génétique qui est encore loin du niveau de nos races laitières françaises… Si nous avons du mal à rivaliser avec la Nouvelle-Zélande en rugby, nous avons de beaux atouts en génétique ovine !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre