Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Grâce à la génétique moléculaire
La lutte contre la tremblante avance à grands pas

En sélectionnant avec de simples analyses sanguines des animaux génétiquement résistants utilisés pour la reproduction, chaquerace est en bonne voie pour se prémunir contre la maladie.


Certains moutons présentent naturellement une résistance à la tremblante. Cette résistance est liée à la nature d´un gène appelé PRP qui peut présenter différents niveaux de sensibilité. Les animaux de génotype résistant à la tremblante placés dans un milieu très contaminant ne contractent pas la maladie. Cette aubaine a été exploitée par les pouvoirs publics, les scientifiques, les sélectionneurs et les éleveurs pour commencer à éradiquer la maladie.
Pour cela, le ministère de l´Agriculture et de la Pêche finance et pilote le Programme national d´amélioration génétique pour la résistance à la tremblante du mouton. Mis en place en 2001 par les éleveurs sélectionneurs avec l´aide et l´accompagnement de l´Institut de l´élevage, de l´Inra et de France Upra Sélection, ce programme vise à éliminer la sensibilité génétique à la maladie du troupeau français. L´objectif à terme est le renouvellement de tous les béliers utilisés par les éleveurs français par des animaux certifiés résistants.

Les scientifiques ont d´abord cherché à connaître le niveau de résistance génétique du cheptel en organisant un vaste génotypage des animaux. Pour cela, suite à un prélèvement sanguin, l´analyse de la nature du gène PRP permet de connaître le niveau de résistance à la maladie.
A l´origine, certaines races, comme le Berrichon du Cher, présentaient une structure génotypique plus résistante que d´autres. ©J. Diependaele

Génotypage des mâles puis des femelles
Privilégiant la voie mâle, plus rapide et touchant un plus grand nombre de descendants, le génotypage s´est d´abord porté sur les mâles reproducteurs appartenant aux schémas de sélection.
Puis, le travail s´est concentré sur les animaux de renouvellement, et 60 000 animaux ont été testés en 2002, 84 000 en 2003, 78 000 en 2004 et près de 70 000 en 2005.
Certaines analyses ont pu être évitées en calculant les probabilités de génotype en fonction de la connaissance de celui des parents ou des descendants.

Ainsi en 2004, on a pu prédire plus de 28 000 génotypes de façon complète et 151 000 de façon incomplète, avec dans les deux cas un haut degré de certitude, en s´évitant ainsi de débourser les 20 à 22 euros nécessaires au coût d´un génotypage.
Ces analyses ont permis de choisir les animaux à retenir pour la base de sélection en fonction de leur résistance à la tremblante ; les animaux très sensibles étant éliminés d´office et les plus résistants étant privilégiés. Grâce à ce choix, il n´y a plus, aujourd´hui, d´animaux très sensibles parmi les futurs reproducteurs mâles de haut niveau génétique. Mieux encore, en 2005, la quasi-totalité des ces futurs mâles reproducteurs et un peu plus de deux tiers des béliers diffusables vers l´ensemble des élevages possédaient un génotype « très résistants » ARR-ARR.

Espoir de la génétique moléculaire
Heureusement, la sélection drastique des animaux résistants n´a pas mis à terre des années de progrès génétiques accumulés et la variété des origines a été préservée. Malgré tout, la semence de certains béliers sensibles à la maladie, mais intéressants du point de vue génétique, a été conservée à la Cryobanque nationale.
« Le programme national d´amélioration génétique pour la résistance à la tremblante a bien fonctionné en France puisqu´il existait déjà un bon réseau, de bons outils et des schémas de sélection organisés collectivement », se félicite Mickaël Brockard, de France Upra Sélection et co-animateur du programme. « C´est une des premières fois que la génétique moléculaire est utilisée à cette échelle et la réussite de ce programme est très encourageante ». Mais, maintenant que ce programme a montré son efficacité, il ne faut pas que les éleveurs relâchent leurs efforts. Les reproducteurs résistants doivent continuer à être utilisés pour assainir les troupeaux.
Le génotypage est effectué par l´un des 19 laboratoires agréés en France et revient à environ 22 euros par analyse. ©P. Pulvery

L´impact de la tremblante en chiffres
Entre le 1er janvier et le 23 mai 2006 :
147 883 analyses de tremblante réalisées
166 cas de tremblante ovine observés
125 foyers de tremblante
Depuis 1996 :
734 foyers de tremblante ovine et caprine confirmés
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre