Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Grèce
La feta maintient les petits troupeaux laitiers

L'élevage ovin grec doit beaucoup à la feta. Mais cet élevage reste très traditionnel et la faible productivité des animaux limite le décollage de la filière.

L'élevage ovin est très présent dans ce pays montagneux au climat méditerranéen.
L'élevage ovin est très présent dans ce pays montagneux au climat méditerranéen.
© D.Hardy

Deuxième pays européen pour le lait de brebis et troisième pour le lait de chèvre, la Grèce est, depuis 2002, le seul pays à pouvoir produire de la feta, désormais protégée par une appellation d’origine. Ce fromage de saumure est fabriqué à partir de lait de brebis, ou en combinaison avec du lait de chèvre. Le lait de chèvre doit alors représenter moins de 30 % du total.
Avec environ 100 000 tonnes de feta fabriquées chaque année, la Grèce produit surtout pour son marché intérieur.Chaque Grec mange en effet en moyenne plus de dix kilos de feta dans l’année. Un record qui fait des Grecs les premiers consommateurs de fromage au monde (environ 28 kg par habitant et par an tous fromages confondus contre 24 kg pour la France). Affiné pendant deux mois dans des tonneaux en bois ou dans des boîtes métalliques contenant de la saumure, ce fromage blanc et dur est un ingrédient traditionnel de la cuisine grecque.
Le lait est produit dans les régions montagneuses et marginales du pays (environ 80 % du territoire grec est montagneux). Sa production joue donc un rôle économique, social et écologique conséquent en maintenant la population dans les villages. Sur les 95000 éleveurs de petits ruminants, environ 50 % possèdent des brebis et 20 % ont brebis et chèvres, généralement dans des troupeaux séparés. Les brebis préférant les plaines et les collines alors que les chèvres apprécient plutôt les zones plus escarpées.
Mais l’élevage reste très traditionnel. Par exemple, sur les 95 000 éleveurs de petits ruminants, environ 35 000 ont un troupeau de moins de 50 têtes. L’élevage transhumant est maintenant devenu marginal car,même traditionnels, les éleveurs ont recherché des conditions de vie plus faciles.

L’ORGANISATION ET LA GÉNÉTIQUE POUR SE DÉVELOPPER

« Nous espérons beaucoup de l’amélioration génétique des brebis pour augmenter la productivité et, ainsi, le niveau de vie des éleveurs », explique le professeur Andréas Georgoudis, président de l’organisation hellénique du lait et de la viande. Signe de la volonté de peser, les éleveurs grecs (toutes espèces confondues) se sont regroupés il y a trois ans dans un syndicat qui leur est propre. Pour son président, Panagiotis Pevetos, par ailleurs éleveur de 700 brebis Lacaune à Argos, « le syndicat permet de se faire entendre par les coopératives, les banques ou les pouvoirs publics ».

Plus d'informations dans Pâtre août/septembre 2011

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre