Aller au contenu principal

À la ferme expérimentale ovine de Paysat-Bas, on cherche des pistes face à un contexte difficile

En Haute-Loire, le site génétique et expérimental de Paysat-Bas a accueilli sa troisième édition de Journée technique ovine. L’occasion de faire un tour sur les actualités et les études menées dans la filière.

Au fil des ans, les Journées techniques ovines de Paysat-Bas, à Mazeyrat-d’Allier en Haute-Loire, deviennent un rendez-vous incontournable. Soixante-dix participants dont quelques éleveurs et bon nombre de techniciens de la filière, venus du Massif central et d’au-delà, s’y sont retrouvés le mercredi 8 novembre.

Après quelques mots d’accueil, Philippe Allaix, conseiller ovin à la chambre d’agriculture de la Loire, a évoqué des pistes d’adaptation face à la flambée des charges. Dans ce contexte, l’optimisation des rations, l’allotement des brebis et la réforme des improductives constituent des solutions au même titre que la valorisation des fumiers pour réduire les achats de fertilisant. Philippe Allaix préconise également de privilégier le pâturage, de rationaliser le foncier et de mutualiser le matériel tout en augmentant la productivité numérique et le poids carcasse, en maintenant les brebis en état, en assurant le renouvellement des reproducteurs et en optimisant le ratio brebis/béliers. Dans la Loire, un éleveur a ainsi travaillé sur la productivité de son troupeau en passant à 1,84 agneau par brebis et par an, avec une conduite accélérée de la reproduction et un bon taux de fertilité. Un Gaec creusois en système ovin-bovin a choisi de supprimer le lot de septembre pour économiser du foin, du concentré et de la paille. Dans l’Allier, un éleveur a choisi d’améliorer son autonomie en concentré en implantant du colza pour assurer le flushing de ses brebis avec, en prime, une économie de céréales distribuées et une augmentation de la prolificité sur les brebis mises en lutte.

Des brebis aux carrières plus courtes

La gestion de la ressource en eau et la sélection génomique dans les races lacaune viande et blanche du Massif central ont également été évoquées durant la matinée. Après le repas, les participants se sont rendus par groupe dans trois ateliers. C’est autour d’un quiz en ligne que s’est organisé celui sur les causes de réformes et leurs impacts sur le résultat d’exploitation (voir pages 26-27). Dans ce cadre, il a été fait état d’une étude démontrant que la marge brute par brebis est supérieure de 8 euros pour les systèmes avec un faible taux de réforme. Toutefois, un projet portant sur 32 267 brebis a révélé qu’en 12 ans la longévité des brebis a été réduite de 6 mois. Si le développement des échographies - permettant de sortir les moins productives - en constitue une raison, les mammites en sont une autre. Un programme de recherche vient d’être engagé pour comprendre les causes de cette pathologie qui induit 30 % des réformes.

Autorenouvellement ou achat d’agnelles ?

En considérant un taux de renouvellement de 20 % pour maintenir une bonne pyramide des âges, Philippe Allaix a comparé l’achat et la production des agnelles. Limitation des risques sanitaires, facilité d’adaptation, maintien du cheptel de souche plaident en faveur de la production en interne qui nécessite cependant de gérer la génétique mâle et de s’impliquer dans un schéma de sélection (gain de 83,50 euros sur la carrière de cinq ans des agnelles). L’achat d’agnelles induit une sortie de trésorerie, mais permet l’arrivée d’un lot homogène à la période optimale avec amélioration des résultats techniques de l’élevage.

L’amélioration des performances environnementales et technico-économiques constituait d’ailleurs le thème du troisième atelier avec le site de Paysat-Bas pour exemple.

La journée s’est achevée par une visite guidée du bâtiment d’agnelage, de la partie engraissement et de la station de béliers.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Le matin est consacré aux cours théoriques. Ce jour-là, Catherine enseigne les grands chiffres de la filière ovine française.
Une journée avec une classe en certificat de spécialisation Ovin
Sur le campus de Mirecourt, niché au cœur des Vosges, Catherine Falcoz et Ingrid Voinson dirigent une formation professionnelle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre