Aller au contenu principal

La crème des jeunes bergers récompensés aux Ovinpiades

Flavien, Théo et Aurélien, les meilleurs jeunes bergers 2016, iront défendre les couleurs de la France cet été lors des Ovinpiades européennes.

L’effervescence montait au fur et à mesure de l’annonce des résultats. Les 38 jeunes bergers et bergères issus des sélections régionales avaient beaucoup donné lors de la compétition disputée le samedi 27 février, premier jour du Salon de l’agriculture. L’élite des jeunes bergers de France, rassemblée pour la 11e édition des Ovinpiades, s’était affrontée toute la journée dans une série d’épreuves alliant pratique et théorie : tri et manipulation d’une brebis, évaluation de son état corporel, parage des onglons, choix d’un bélier adapté au troupeau, appréciation de la santé d’une brebis, reconnaissance des races…

La Franche-Comté, le Midi-Pyrénées et l’Auvergne sur le podium

Les scores étaient serrés mais c’est Flavien Olivier du CFPPA de Châteaufarine (Doubs) qui est sacré meilleur jeune berger de France 2016. Ce fils d’éleveur bovin laitier n’en était pas à sa première participation puisqu’il avait déjà fini neuvième aux Ovinpiades de 2014. « J’ai pu m’entraîner lors de mon apprentissage dans un élevage ovin et chez moi où j’ai installé une petite troupe d’Ile-de-France » explique le jeune homme de 20 ans qui partira représenter la France cet été aux Ovinpiades européennes à Malvern en Angleterre. Il sera accompagné de Théo Azavant du lycée agricole de Pamiers (Ariège) et d’Aurélien Richard du lycée agricole de Brioude-Bonnefont (Haute-Loire), arrivés deuxième ex aequo aux points et départagés grâce à la question subsidiaire (le nombre de brebis primées de France).

Arrivée douzième du classement générale, Lise Noël du lycée agricole de Brioude-Bonnefont est la meilleure des sept jeunes bergères en compétition. Fille d’éleveurs de bizet, la jeune fille de 19 ans avait dû gérer, en plus du stress de la compétition, celui causé par les caméras de l’émission Sept à Huit de TF1 qui l’avait suivie toute la journée.

Communiquer sur les atouts verts du mouton

Pour les épreuves collectives, l’équipe du lycée agricole privé de Terre Nouvelle de Marjevols (Lozère) a séduit le jury avec son projet « De chair, de lait et de laine, la brebis domine notre environnement ! ». Pour montrer « les atouts environnementaux de l’élevage ovin », thème de 2016, les trois jeunes avaient réalisé neuf clichés qu’ils avaient déclinés en posters, affichettes et cartes postales et accompagnés de textes sobres. Le prix de 2 000 euros devrait leur permettre de financer un voyage, ovin et humanitaire, au Pérou l’année prochaine. « Ce thème environnemental nous tenait particulièrement à cœur en Lozère car l’élevage ovin est ici le dernier rempart face à la déprise. Il entretient le paysage, valorise les espaces et maintien l’activité rurale » explique Éric Chevalier, le président du lycée, venu avec des professeurs supporter les trois élèves. La deuxième place a été attribuée aux CS ovins du lycée de Montmorillon (86), suivi de l’école du Merle (13) puis, ex aequo à la quatrième place le CS ovin de Mirecourt (88) et le lycée de Laval (53).

Une explication en direct avec le public

Les Ovinpiades ont animé les rings ovins toute la journée. Pendant que les jeunes officiaient à tour de rôle sous l’œil expert des professionnels, le public observait le spectacle avec les commentaires de l’animateur. Afin de lever toute incompréhension, l’animateur est allé à la rencontre du public pour lui laisser poser des questions aux éleveurs qui se prêtaient avec franchise au jeu des questions-réponses. Comment devient-on éleveur ? Qu’es-ce que ce bâton jaune qu’on approche des oreilles ? À quoi servent les concours ? Qui s’occupe de la ferme pendant que vous êtes au salon ? Autant d’interrogations levées pour les Parisiens et autres visiteurs plus ou moins au fait du monde ovin.

Et c’est bien l’intérêt de cette opération. En plus d’impliquer directement près de 750 élèves de 16 à 24 ans issus d’une centaine d’établissements, les Ovinpiades permettent de promouvoir le métier d’éleveur ovin à Paris mais surtout lors des 16 finales régionales qui se sont tenues cet hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre