Aller au contenu principal

La contractualisation devient la norme au 1er octobre pour la filière ovin lait

Instaurée par la loi dite EGAlim 2, la contractualisation entre en vigueur au 1er octobre 2022 pour les ovins lait. France Brebis Laitière prépare un guide des bonnes pratiques contractuelles pour accompagner les acteurs de la filière dans sa mise en œuvre.

70 % de la collecte de lait de brebis est déjà sous contrat en France.
70 % de la collecte de lait de brebis est déjà sous contrat en France.
© B. Morel

La loi n° 2021-1357 visant à protéger la rémunération des agriculteurs instaure l’obligation de conclure par écrit un contrat pluriannuel entre le producteur et le premier acheteur, avec un mécanisme de révision automatique du prix (à l’exclusion de la vente directe, organisations caritatives, marchés d’intérêt national, marchés de gros). La contractualisation écrite devient donc la norme pour tous les produits agricoles, sauf accord interprofessionnel. Un seuil d’application a été défini en lait de brebis, avec un chiffre d’affaires minimum de l’acheteur supérieur à 700 000 euros.

Des contrats de cinq ans minimum

« Avec 70 % de la collecte de lait de brebis déjà contractualisée, il s’agit pour beaucoup d’éleveurs et transformateurs de mettre en conformité les contrats existants avec la loi EGAlim 2 », précise Sébastien Bouyssière, directeur de France Brebis Laitière (FBL).

« Si la loi prévoit des contrats de trois ans minimum, nous recommandons de porter cette durée à cinq ans, plus deux ans pour les nouveaux installés et attendons un décret afin de conforter cette disposition », explique Laurent Reversat, précédent président de FBL.

Déficit de connaissance sur le prix de vente industriel

Pour accompagner éleveurs et transformateurs, FBL publiera deux fois par an des indicateurs économiques reflétant : le prix à la production en France, la concurrence internationale sur le lait de brebis vrac (prix du lait payé dans différents pays européens), le coût de production du lait de brebis, le coût de la main-d’œuvre dans l’industrie, et des indicateurs de marché sur la consommation française et à l’export. « Nous avons un déficit de connaissance sur le prix de vente industriel, regrettent les membres de FBL. La demande a été formulée auprès de l’Insee et de FranceAgriMer, l’absence de ces indicateurs mettant à mal la bonne mise en œuvre de la contractualisation. »

À l’heure où nous écrivons ces lignes, un guide des bonnes pratiques contractuelles est en cours de finalisation et devrait être diffusé courant mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Le marché de Réquista est le premier marché ovin de France. Les vendeurs sont pour la plupart aveyronnais, mais certains n'hésitent pas à parcourir une longue distance pour vendre leurs animaux.
Réquista, le marché aux ovins qui a su remonter la pente jusqu’au sommet
C’est en Aveyron que se situe le premier marché aux ovins de France, celui de la commune de Réquista. Après avoir connu une forte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre