Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Génétique
La consanguinité des races mieux connue et mieux gérée

La variabilité génétique des races sélectionnées s’érode et risque de faire apparaître, à terme, des tares dans les populations. Heureusement, la consanguinité est mieux suivie et mieux prise en compte dans la création du progrès génétique.

La race boulonnaise
La race boulonnaise
© dr

Comme pour les autres espèces animales en sélection, la consanguinité des races ovines augmente régulièrement. « Il est important de suivre le niveau d’accroissement de la consanguinité car des croisements entre animaux avec des généalogies trop proches peut provoquer l’apparition de tares » explique Coralie Danchin-Burge, en charge du suivi de la variabilité génétique au sein de l’Institut de l’élevage.

Pour les espèces ovines, l’Institut de l’élevage a étudié 35 races allaitantes et cinq races laitières. La généalogie des animaux dont les deux parents sont renseignés est plutôt bien connue, avec un nombre d’équivalent génération de 2,60 pour les Boulonnais, à 10,24 pour les Moutons Vendéens. Cela signifie qu’en prenant un Mouton Vendéen au hasard dans la population, on connaît en moyenne ses ascendants sur 10,24 générations.

Globalement, la situation des races ovines allaitantes est correcte, mais révèle quelques cas qui posent question. Si l’on compare les ovins allaitants avec la situation des races bovines en sélection à la même période, on constate que globalement la situation des ovins est largement meilleure que celle des races bovines laitières, y compris pour les races à petits effectifs, mais moins bonne que celle des bovins allaitants. La comparaison ovins allaitants / bovins allaitants est en faveur de ces derniers pour des raisons démographiques : la variabilité des races ovines est à peu près proportionnelle à la taille des populations, qui est plus restreinte que celle des races bovines allaitantes. Il faut noter également qu’en moyenne les généalogies des races ovines allaitantes (hors races à petits effectifs) sont mieux connues que celles des bovins.

Tous paramètres confondus, mais à pondérer en fonction du niveau de la qualité des généalogies, les races dont la variabilité génétique apparaît comme la plus élevée sont : la Mérinos d’Arles, la Noire du Velay, la BMC, la Causse du Lot, l’Ile de France, la Romane (mais à l’inverse les deux races dont elle est issue, à savoir la Romanov et la Berrichon du Cher, affichent une variabilité restreinte) et la Grivette. Toujours dans le tiers supérieur des résultats, mais plus à distance, on peut citer le Texel, la Préalpes, la Rouge de l’Ouest et la Lacaune viande.

Globalement les petits ruminants laitiers se trouvent dans une situation intermédiaire, avec des critères supérieurs à ceux des races bovines laitières et des races ovines à petites effectifs, et inférieurs à ceux des races allaitantes, que ce soit les ovins ou les bovins. Parmi les petits ruminants laitiers, les critères des races ovines sont meilleurs en moyenne que ceux des races caprines, mais cela cache en réalité des disparités : la race ovine Corse, en raison principalement de généalogies mal connues, et la race Lacaune, à la fois grâce à des effectifs importants et une gestion ancienne de la variabilité génétique ont des critères élevés de variabilité génétique, tandis que la Manech Tête Noire et la Basco-Béarnaise ont des critères plus limités, en particulier pour ceux issus de la probabilité d’origine des gènes.

« Il est normal que la consanguinité augmente car plus le temps passe mieux les généalogies sont connues » explique Coralie Danchin-Burge. « En fait, on surveille surtout l’accroissement de cette consanguinité.». Il est important de garder de la variabilité génétique afin de sélectionner les animaux et réaliser le progrès génétique. Pourtant, la large diffusion du progrès génétique induit inévitablement une baisse de la variabilité génétique. Pour sortir de cette impasse, les organismes de sélection cherchent à avoir un taux de consanguinité le plus faible possible des produits issus des accouplements programmés. Et à l’avenir, la sélection génomique pourra, à condition d’être bien gérée, offrir un puissant levier pour concilier variabilité et progrès génétique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre