Aller au contenu principal

La bonne pince de parage électrique pour les onglons de vos moutons

Chantier répétitif et fatigant, le parage des onglons est néanmoins indispensable à réaliser pour garantir la santé des pieds de ses moutons. Mieux vaut pour cela être équipé d’une bonne pince.

Deux fabricants de pince de parage se partagent la grande majorité du marché français. Tous deux proposent des produits relativement similaires. « Notre gamme de sécateurs électriques est à l’origine pensée pour la taille des arbres et des vignes mais nous avons adapté des lames droites plutôt que courbes pour le parage des onglons », explique Nicolas Rinfray, d'Infaco, leader mondial des sécateurs. La pince proposée par ce fabricant français serait la plus légère du marché, soit 700 grammes. Et pour cause, la batterie est déportée sur un harnais que le manipulateur enfile sur son dos. Le même système est mis au point par Felco. Le fabricant suisse, lui, a prévu une poignée tournante afin de soulager les métacarpiens de l’utilisateur. Ce sécateur est également conçu pour convenir aux gauchers.

Un entretien et un graissage facilité

« Nos batteries sont équipées de la technologie Power Saving, qui leur évite de perdre en capacité dans le temps », reprend Nicolas Rinfray. Infaco commercialise un kit spécial onglons comprenant le sécateur, le harnais, une pierre à affûter et la pipette de graissage. « L’entretien du sécateur est facilité, le graissage est pensé pour un maximum d’efficacité grâce à une goulotte dédiée et les lames sont bien entendu interchangeables. » Il faut compter deux à trois de vie pour une lame et le prix unitaire de celle-ci est autour de 35 euros.

Lame courbe ou droite ?

L’outsider qui arrive sur le marché national est le fabricant espagnol Arvipo. Sylvain Béhéty, fondateur de Past’or Initiatives, le distributeur français exclusif, nous décrit le modèle : « Contrairement aux sécateurs électriques traditionnels, la batterie est ici intégrée directement dans le manche. Pour autant, elle ne gêne pas les mouvements et l’outil est bien équilibré ». Autre nouveauté, les lames ne sont pas courtes et droites, mais courbées et un peu plus longues. « Nous avons fait le test avec des éleveurs : avec une lame droite il faut six coups de lame pour un pied contre trois avec une lame courbe », reprend Sylvain Béhéty.

Autonomie et puissance font le prix

La pince Arvipo est vendue avec deux batteries, il est conseillé d’en mettre une en charge pendant que l’autre est utilisée. En effet, « l’autonomie d’une seule batterie permet de faire les onglons d’environ 120 brebis », explique-t-il. Selon lui, le produit Arvipo est intéressant pour les chantiers qui ont lieu en bergerie, pour toute taille de troupeau. « Les sécateurs qui ont fait leur place sur le marché présentent une très grande autonomie et une grande puissance et c’est normal car ils sont conçus initialement pour des travaux dans les vignes et vergers. Nul besoin de 10 heures de batterie et de beaucoup de force pour couper des onglons. » Petit plus, les lames peuvent être remplacées par une pince à boucle d’identification.

Faut-il affûter ou affiler ?

La MSA d’Auvergne-Rhône-Alpes propose la formation « Ne perdez pas le fil » aux éleveurs qui parent eux-mêmes les onglons de leurs animaux. La formation, gratuite, dure une demi-journée et permet aux participants de reconnaître les différents niveaux d’usure d’une lame et quand il est nécessaire d’affûter ou bien d’affiler la lame. « L’affûtage doit être réalisé lorsque la lame est abîmée, détaille le formateur. Il est préférable d’y avoir recours le moins possible, car la pierre à aiguiser recourbe le fil. » En effet, lorsque la lame perd de son tranchant, il vaut mieux utiliser un affiloir en métal très dur, tel que le tungstène. « L’affiloir est à utiliser fréquemment, environ toutes les 10 pattes faites. On passe un petit coup sur la lame, cela va redresser le fil et c’est reparti pour 10 pattes supplémentaires. » La formation devrait être diffusée aux autres MSA régionales en 2023.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre