Aller au contenu principal

David Eglin, éleveur britannique
"J'ai importé la Charmoise en Angleterre"

David Eglin, éleveur de brebis Poll Dorset mais aussi de Charmoises, dans le centre de l’Angleterre, est toujours à la recherche de diversification pour sa ferme.

© L.GEFFROY
Armé de sa canne de berger gravée « Bramcote », du nom de son exploitation, David Eglin a jugé aux côtés du Français Jean- Louis Vollier le concours de la race charmoise, au salon international de l’agriculture de Paris en février dernier.
David et son épouse Susan élèvent sur 100 hectares dans le Warwickshire, comté situé au centre de l’Angleterre, un cheptel de 200 reproducteurs Poll Dorset et 130 brebis charmoises. Ils réalisent des croisements entre les deux races pour booster la vente de leurs agneaux de boucherie, la Poll Dorset étant plus prolifique que la Charmoise qui, elle, a une meilleure conformation.

CONVAINCU DU POTENTIEL DE LA RACE CHARMOISE

Cela fait 20 ans que David Eglin achète de la génétique charmoise en France, auprès de l’organisme de sélection Géode, après avoir essayé un temps le Bleu du Maine. Il vient chaque année chercher des béliers et de la semence. Le Royaume-Uni compte environ une douzaine de troupeaux de la race française, dont la plupart viennent des lignées de Bramcote, of course !
Séduit par la race, David Eglin est convaincu du potentiel de la Charmoise pour améliorer le mouton des collines britanniques, qui valorise des terres difficiles. « J’ai commencé avec deux Charmoises. Ce qui me plaît, c’est sa rusticité, sa facilité à l’agnelage, ses beaux gigots et la possibilité de vendre des agneaux toute l’année grâce au désaisonnement naturel », explique-t-il.
L’éleveur conserve 25 % de ses agnelles en renouvellement. Passionné de génétique et de concours, il a été récompensé de son travail en 2011 en remportant pour son troupeau le prix de génétique organisé par Eblex, l’équivalent d’Interbev Ovins, dans le cadre du programme « meilleurs rendements », que l’on pourrait comparer à notre « reconquête ovine ».
L’éleveur est aussi à l’affût de la moindre innovation et est au top de la technologie en employant l’identification électronique depuis presque dix ans. Il pense qu’au XXIe siècle, « il faut aussi se diversifier pour survivre ». Dans sa ferme, il a abandonné depuis des années l’élevage de porc et la culture de pommes de terre, peu rentables, mais a développé des activités touristiques plus lucratives : deux lacs de pêche à la carpe, des installations de stockage d’hiver pour 600 caravanes, et une piste de 4x4. Il s’intéresse également aux énergies renouvelables, avec l’énergie solaire et l’installation récente d’une éolienne pour produire sa propre électricité.
Mais plus insolite, il s’est lancé dans un curieux business avec la laine de ses moutons Poll Dorset. Il la vend deux euros le kilo à une entreprise anglaise qui fabrique… des cercueils 100 % laine, d’abord destinés au marché américain. « Il faut trois toisons pour fabriquer un cercueil. C’est biodégradable et écologique, et pour la crémation, elle brûle à 800 °C ». Au moins, ces clients-là ne se plaindront pas que la laine gratte.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre