Aller au contenu principal

Arthur Boulet dans le Lot
" J’ai gagné les Ovinpiades 2019 "

Stagiaire en CS conduite d’un élevage ovin viande au CFAA/CFPPA du Lot, Arthur Boulet a remporté les Ovinpiades lors du salon de l’agriculture 2019 à Paris.

Après une intense journée de compétition, Arthur Boulet a été sacré meilleur Jeune Berger de France 2019. © D. Hardy
Après une intense journée de compétition, Arthur Boulet a été sacré meilleur Jeune Berger de France 2019.
© D. Hardy

Après avoir obtenu un BAC S option agronomie, j’ai travaillé pendant plusieurs années dans la restauration. C’est dans ce cadre-là que j’ai découvert le département du Lot. Je suis tombé amoureux de cette région et de ses paysages et c’est ce qui m’a donné l’envie de m’orienter vers l’agriculture. J’ai réalisé des formations de découverte des métiers de l’agriculture au CFPPA du Lot pour affiner mon choix d’orientation. Mon expérience auprès des ovins m’a beaucoup plu et m’a permis de comprendre que cette filière présentait de nombreuses opportunités d’embauche dans le département. J’ai donc pris la décision de suivre un certificat de spécialisation conduite d’un élevage ovin viande au CFAA/CFPPA du Lot en formation continue chez Simon Cipière.

« Un véritable challenge personnel car j’avais tout à apprendre »

Lors de ma formation, nous avons été préparés à participer au concours des jeunes bergers. Cet évènement était un objectif collectif fédérateur entre nous et l’équipe des formateurs. Nous avions en plus deux exemples à suivre : Rémy Roux et Océane Benoit, deux anciens CS ovin du CFAA/CFPPA du Lot, ayant été sacrés meilleurs bergers et bergères de France 2018.

Les Ovinpiades sont devenues pour moi un challenge personnel car je n’avais jamais manipulé de brebis avant. J’avais tout à apprendre ! Lorsque j’ai participé aux sélections départementales, c’était pour moi un test car j’étais confronté à mes camarades qui avaient beaucoup plus d’expérience que moi. En revanche, aux sélections régionales d’Occitanie, j’ai pris confiance en moi en décrochant la deuxième place. Dès lors, ma motivation était à son maximum et j’ai pu me préparer au mieux grâce aux entraînements et à l’expérience acquise sur l’exploitation de mon maître de stage.

Monter à Paris pour la finale nationale au Salon de l’agriculture fut déjà pour moi, le débutant de l’équipe, une consécration en soi. Et c’est en arrivant sur le grand ring où se déroulaient les épreuves que le stress commença à monter. Entre professionnels reconnus, de nombreux médias et le public, c’est impressionnant !

Mais une fois les épreuves commencées, sous les bons conseils de mon formateur/coach et le soutien de quelques camarades de formation ayant fait le voyage, j’ai appliqué au mieux ce que j’avais appris en entraînement et dans la sérénité. Sachant que c’était déjà beau d’en être arrivé là. Quelques mois plus tard, je garde toujours un excellent souvenir de belles rencontres ainsi qu’un bel accomplissement personnel.

De retour au pays, je ne m’attendais pas à toutes ces félicitations à la fois de mon entourage familial et professionnel. Au final, cette victoire m’a apporté une satisfaction personnelle et une certaine notoriété dans ce domaine. J’ai d’ailleurs travaillé chez les éleveurs ovins du département et les opportunités ne manquent pas.

Aujourd’hui, je répète les gestes techniques des Ovinpiades sur les exploitations où je travaille. Pour moi, cette expérience, ce n’est que du positif, on apprend tout le temps. D’ailleurs, j’ai pour projet de partir en Irlande au mois de décembre pour y découvrir l’élevage ovin et ensuite m’installer dans le Lot à moyen terme.

Les Ovinpiades : le concours des jeunes bergers

Interbev ovins, dans le cadre du programme Inn’ovin, organise les Ovinpiades sur l’ensemble du territoire national. Cette animation a pour objectif de susciter des vocations et de communiquer sur la filière ovine. Les Ovinpiades allient des épreuves théoriques sur les connaissances des races et sur la production ovine en général, ainsi que des épreuves pratiques dont les gestes quotidiens de l’éleveur ovin à savoir : manipulation des brebis, évaluation de la note d’état corporel, appréciation de l’état de santé d’une brebis, parage des onglons, note d’engraissement des agneaux, choix d’un bélier. Des sélections départementales et régionales sont organisées dans toute la France pour accueillir chaque année au Salon international de l’agriculture à Paris, la finale des 40 meilleurs jeunes bergers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre