Aller au contenu principal

Thierry Agrinier, président de la section ovin lait de la FDSEA de l’Aveyron
« J’ai espoir que les producteurs se retrouvent sur certaines orientations »

La filière de Roquefort n’a pas réussi à mettre en place le fonds lait cru qui devait réduire les écarts de prix du lait entre producteurs. Avant d’aller plus loin, elle doit faire évoluer ses structures.

Thierry Agrinier, président de la section ovin lait de la FDSEA de l’Aveyron © Volonté Paysanne
Thierry Agrinier, président de la section ovin lait de la FDSEA de l’Aveyron
© Volonté Paysanne

La filière a échoué sur la création du fonds qualité lait cru destiné à remettre un peu de solidarité entre producteurs. Pourquoi et quelles en seront les conséquences ?

Thierry Agrinier - Lors de la réunion de la confédération de Roquefort, début mai, un industriel a refusé la création du fonds qualité lait cru, en contradiction avec le consensus qui avait été signé par toutes les entreprises et toutes les associations de producteurs à l’automne dernier. Ce fonds était destiné à rééquilibrer partiellement l’écart de prix entre producteurs. Le prix du lait étant désormais lié au mix produit de chaque entreprise, l’écart entre les producteurs les mieux payés et les moins bien payés pourrait être supérieur à 100 euros par mille litres de lait. Ceux qui avaient joué le jeu de la maîtrise de la production dans l’ancien système seront les plus pénalisés. Ce refus a pour conséquence de faire tomber toutes les autres mesures qui étaient associées à ce fonds, en particulier le plan de régulation de l’offre de roquefort, destiné à éviter une surproduction de fromage et un risque de bradage sur les marchés, ainsi que la mutualisation des risques sanitaires. Le budget de la publicité collective sera également divisé par quatre. Les industriels, qui ont le mix produit le plus défavorable, ont préféré mettre l’argent destiné à ces mesures sur le prix du lait. Nous craignons aussi que les industriels ne redistribuent pas en totalité la masse financière qui abondait la caisse de péréquation de l’ancien système.

Les discussions se poursuivent-elles malgré tout et cette idée du fonds qualité lait cru peut-elle émerger de nouveau ?

T. A. - Pour l’instant, nous sommes en train de construire le collège producteur qui siégera au sein de la future interprofession. Il devrait être composé de représentants des organisations (OP) et associations de producteurs (50 %), des syndicats (25 %) et des territoires (25 %). La modification des statuts de la Confédération de Roquefort est également en cours. À partir de là, nous pourrons engager de nouvelles bases de travail. Mais, l’idée d’un fonds qualité lait cru est abandonnée, au moins pour le moment.

Comment expliquez-vous que la solidarité qui faisait la force de la filière Roquefort ait ainsi volé en éclats ?

T. A. - L’ancien système, avec ses qualités et ses défauts, aurait dû évoluer. Mais, l’arrivée du paquet lait, qui n’était pas adapté à notre filière, a semé la division. Les industriels en ont profité pour retrouver leur indépendance par rapport à la gestion des volumes et au prix du lait et ont orienté les producteurs vers la verticalité des OP, alors que nous étions nombreux à souhaiter la création d’une OP transversale. Néanmoins, j’ai bon espoir que, dans quelque temps, les producteurs se retrouvent sur certaines orientations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre