Aller au contenu principal

Ils ont gagné le challenge national racial

Les éleveurs participants au concours général agricole sont aussi récompensés pour les performances génétiques du troupeau et leur participation à la base de sélection. Palmarès du challenge national racial pour les races Charollais, Berrichon du Cher, Ile de France, Hampshire, Charmoise, Rouge de l'Ouest et Suffolk.

© A. Villette

Le challenge national racial permet aux organismes de sélection des races qui le souhaitent de promouvoir leur programme de sélection. Ce concours récompense les élevages de bonne valeur génétique, qui utilisent les produits des programmes de sélection et qui s'impliquent dans la création du progrès génétique. Chaque OS établit ses propres critères de classement en fonction des orientations du programme de sélection mais en en encourageant toujours la qualité génétique et la connexion des troupeaux avec le schéma racial. « Le nombre de bélier issu d'IA, le nombre de brebis qualifiée en mère à bélier, la proportion d'IA réalisée ou la proportion de mâles mis en testage sont souvent des critères retenues par les races » explique Bertrand Bouffartigue de Race de France. Les prix sont remis à l'occasion des concours de race qui ont lieu au Salon de l'agriculture.

 

Le palmarès

Mouton Charollais

1er prix : Earl Olivier François et Jean-Yves à Buxières-les-Mines (03)

2ème prix : La Ferme Antonine à Saint Antoine l'Abbaye (38)

3ème prix : Gaec Marion Michel et Mikaël à Luzy (58)

 

Berrichon du Cher

1er prix : Gaec Lejus à Dampierre-en-Crot (18)

2ème prix : Bernard Lospied et Benjamin Pommier à Tronsanges (58)

 

Ile de France

1er prix : Emmanuel Fontaine à Barisis (02)

2ème prix : Earl Josselin à Méry la Bataille (60)

3ème prix : Earl Matry à Herpont (51)

 

Hampshire

1er prix : Emmanuel Mary à Saint Pierre des Ifs (27)

2ème prix : Jean-Michel Pegheon à Ambert (63)

 

Charmoise

1er prix : Christophe Rainon à Saint Saulge (58)

2ème prix : François Bernard à Fontaines en Sologne (41)

3ème prix : Bernard Salvat à La Ferrière en Parthenay (79)

 

Rouge de l'Ouest

1er prix : Gaec Pineau à La Poitevinière (49)

2ème prix : Gaec Bailly à Nueil les Aubiers (79)

3ème prix : Gaec Charbonnier à Montilliers (49)

 

Suffolk

1er prix : Franck Diennet à Saint Sornin la Marche (87)

2ème prix : Marie Reine Rollin à Thiat (87)

3ème prix : Stéphanie et Alexandre Rollin à Bouresse (86)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
Les trois ténias larvaires que sont la cysticercose, l'échinococcose et la cœnurose sont transmis aux ovins par les canidés, notamment les chiens de protection.
L’inquiétant retour de la cysticercose ovine lié à la présence du loup
Transmise par les canidés, la cysticercose affecte les ovins et les hommes. Cette maladie est due à un parasite qui se love dans…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Antoine Lefevre, éleveur sélectionneur Ile de France dans l’Oise et heureux propriétaire d'un bélier à 2 640 euros.
"J’ai acheté un bélier à 2 640 euros"
"Dans la famille, nous avons toujours acheté nos béliers en sortie de station car pendant les trois mois qu’ils y passent, ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre