Aller au contenu principal

Gagner plus en engraissant les réformes les plus maigres

Avec les prix actuels des brebis de réforme bien finies, la question de leur engraissement devient plus légitime. Le dossier du Pâtre n°627 apporte de toutes nouvelles références sur les plus-values possibles.

En 2014, 568 000 brebis ont été réformées en 2014.
En 2014, 568 000 brebis ont été réformées en 2014.
© L. Sagot

L’engraissement des brebis de réforme est jugé peu ou pas rémunérateur par les éleveurs et les opérateurs contrairement à la production bovine où la vente des réformes représente à 20 à 35 % du produit bovins hors aides (source Inosys-Réseaux d’Élevage 2014). La grande majorité d’entre elles sont ainsi vendues par les éleveurs en l’état, avec un degré de finition qui oscille entre « très maigre » et « fini » et pour un prix moyen de l’ordre de 7 à 100 euros. Au final, 87 % de cette production est abattue en France pour un poids moyen de 26 kg de carcasse alors que 13 % sont exportés en vif. D’après le service économie de l’Institut de l’Élevage, l’Italie reste le principal pays acheteur des brebis françaises avec 57 % des brebis exportées suivi par le Liban avec 32 % des têtes exportées. Pour ce marché qui représente 568 000 brebis en 2014, la filière a mis en place des débouchés adaptés à ces différentes catégories.

Pourtant, depuis quelques années, le marché des brebis de réforme apparaît plus rémunérateur pour des brebis bien finies, c’est-à-dire grasses, et qui affichent un poids de carcasse supérieur à 30 kg. Avec un prix de vente qui dépasse 80 €, la question de la finition devient légitime. Mais combien y a-t-il à gagner à engraisser une brebis en « bout de course » ? Faut-il finir les plus maigres ou bien celles qu’on appelle les « demis », c’est-à-dire presque finies ? Et avec quelles rations ? Une étude réalisée de 2013 à 2015 et pilotée par l’Institut de l’Élevage sur des fonds FranceAgriMer vient de répondre à toutes ces questions. Vingt-quatre lots de brebis de réforme ont été engraissés sur 13 sites différents, lycées agricoles et sites expérimentaux, et avec différents types de rations. Bien sûr, ce type d’animaux n’est toujours pas prioritaire sur l’exploitation et l’engraissement des brebis de réforme ne se justifie que si les stocks sont supérieurs aux besoins des brebis en production. Mais en choisissant bien les brebis à engraisser et leur ration, la marge est de l’ordre de 40 euros par brebis par rapport à une vente en maigre. Pour cela, les brebis doivent être aptes à valoriser leur ration, c’est-à-dire déparasitées et parées si besoin. Car, contrairement à une brebis vide, la brebis en cours d’engraissement est un animal avec des besoins azotés et surtout énergétiques nettement supérieurs.

La suite dans Pâtre n°627 d'octobre 2015

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre