Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Faire face aux campagnols

Le campagnol terrestre cause de gros dégâts aux exploitations d’élevage. Pour contrer ce rongeur, le recours à des dispositifs de lutte intégrée s’impose. (Extraits)

Un seul couple peut engendrer 150 individus en un an. Des facteurs de contrôle régulent cette population, mais cycliquement ce contrôle n’a plus lieu et la population explose, pouvant prélever plusieurs tonnes de fourrages.
Un seul couple peut engendrer 150 individus en un an. Des facteurs de contrôle régulent cette population, mais cycliquement ce contrôle n’a plus lieu et la population explose, pouvant prélever plusieurs tonnes de fourrages.
© B. Griffoul

La pullulation de campagnols terrestres est un vrai souci sur les exploitations d’élevage. Consommant de préférence des racines et des légumineuses, cet animal modifie la composition des prairies, réduit la quantité d’herbe disponible et altère la qualité des fourrages. Il amène de la terre sur les prairies et les ressources alimentaires de l’exploitation s’en trouvent pénalisées. La reproduction, l’élevage des jeunes, la production laitière et la qualité du lait s’en trouvent altérés.

Les pullulations peuvent également avoir des conséquences sur la santé animale et humaine. Le rongeur est en effet un hôte privilégié du parasite responsable de l’échinococcose et, plus communément, il entraîne la présence de terre et donc de poussière qui en excès peut provoquer la maladie du poumon du fermier. Sans compter la surcharge de travail et le stress liés à ce qui est souvent vécu comme une agression!

Le phénomène, qui cause des dégâts depuis une trentaine d’années sur les prairies de moyenne altitude de Franche- Comté et d’Auvergne, s’est étendu à une partie des Alpes et des Pyrénées, en Champagne-Ardenne et dans le Nord, et plus récemment en Bourgogne. Ciblant les zones d’élevage avec une forte proportion de prairies permanentes, il est une conséquence de la spécialisation des territoires. Dans les zones de moyenne montagne, spécialisées dans la production herbagère, réduction du labour et stimulation de la productivité des prairies ont été favorables au développement de taupes, créant des galeries propices au campagnol.

L’augmentation de la taille des prairies et la diminution des haies et bosquets ont également favorisé les campagnols. La présence du rongeur a permis le développement de prédateurs et sélectionné les prédateurs dits spécialisés, créant un phénomène d’interdépendance entre les deux espèces, à l’origine des fluctuations pluriannuelles des populations de campagnols. Le cycle de pullulation dure en moyenne cinq à six ans et comporte quatre phases — basse densité, croissance, pic de pullulation et déclin —conditionnées par l’abondance de prédateurs, les conditions climatiques, les parasites, les maladies et la capacité d’accueil du milieu.

La suite dans Pâtre n°622 de mars 2015 p33

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre