Aller au contenu principal

Faire face aux campagnols

Le campagnol terrestre cause de gros dégâts aux exploitations d’élevage. Pour contrer ce rongeur, le recours à des dispositifs de lutte intégrée s’impose. (Extraits)

Un seul couple peut engendrer 150 individus en un an. Des facteurs de contrôle régulent cette population, mais cycliquement ce contrôle n’a plus lieu et la population explose, pouvant prélever plusieurs tonnes de fourrages.
Un seul couple peut engendrer 150 individus en un an. Des facteurs de contrôle régulent cette population, mais cycliquement ce contrôle n’a plus lieu et la population explose, pouvant prélever plusieurs tonnes de fourrages.
© B. Griffoul

La pullulation de campagnols terrestres est un vrai souci sur les exploitations d’élevage. Consommant de préférence des racines et des légumineuses, cet animal modifie la composition des prairies, réduit la quantité d’herbe disponible et altère la qualité des fourrages. Il amène de la terre sur les prairies et les ressources alimentaires de l’exploitation s’en trouvent pénalisées. La reproduction, l’élevage des jeunes, la production laitière et la qualité du lait s’en trouvent altérés.

Les pullulations peuvent également avoir des conséquences sur la santé animale et humaine. Le rongeur est en effet un hôte privilégié du parasite responsable de l’échinococcose et, plus communément, il entraîne la présence de terre et donc de poussière qui en excès peut provoquer la maladie du poumon du fermier. Sans compter la surcharge de travail et le stress liés à ce qui est souvent vécu comme une agression!

Le phénomène, qui cause des dégâts depuis une trentaine d’années sur les prairies de moyenne altitude de Franche- Comté et d’Auvergne, s’est étendu à une partie des Alpes et des Pyrénées, en Champagne-Ardenne et dans le Nord, et plus récemment en Bourgogne. Ciblant les zones d’élevage avec une forte proportion de prairies permanentes, il est une conséquence de la spécialisation des territoires. Dans les zones de moyenne montagne, spécialisées dans la production herbagère, réduction du labour et stimulation de la productivité des prairies ont été favorables au développement de taupes, créant des galeries propices au campagnol.

L’augmentation de la taille des prairies et la diminution des haies et bosquets ont également favorisé les campagnols. La présence du rongeur a permis le développement de prédateurs et sélectionné les prédateurs dits spécialisés, créant un phénomène d’interdépendance entre les deux espèces, à l’origine des fluctuations pluriannuelles des populations de campagnols. Le cycle de pullulation dure en moyenne cinq à six ans et comporte quatre phases — basse densité, croissance, pic de pullulation et déclin —conditionnées par l’abondance de prédateurs, les conditions climatiques, les parasites, les maladies et la capacité d’accueil du milieu.

La suite dans Pâtre n°622 de mars 2015 p33

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre